404 Éditions, “une grande famille” autour de la culture geek

Antoine Oury - 15.01.2016

Edition - Les maisons - éditions 404 Edi8 - Lucie Levron Editis - livres geek


Le numéro 404 ne sera plus seulement synonyme d'une ressource manquante : Le Dernier Bar avant la Fin du Monde, à Châtelet, célébrait hier les premiers instants et ouvrages des éditions 404, nouveau label d'Edi8, (groupe Editis). Une maison résolument tournée vers la culture geek, et bien décidée à s'imposer face à la concurrence et à l'offre, pléthorique, disponible sur le Web.

 

Lucie Levron, éditrice de la maison 404

 

Le programme éditorial de la maison est déjà arrêté depuis plusieurs semaines, et s'appuie pour le moment sur des licences fortes, largement connues du grand public : on retrouve ainsi des guides de jeux Minecraft, League of Legends, Hearthstone, Clash of Clans ou Boom Beach. Des produits de papeterie apparaîtront également au sein du label, aux couleurs de Bob l'Éponge, Grumpy Cat ou... Candy Crush.

 

On l'aura compris, c'est sans a priori que les éditions 404 s'approchent de la culture geek : Lucie Levron, éditrice à plein temps pour le label, reconnaît sans problème son statut de « grande geek, fan de Game of Thrones ». D'ailleurs, qui en aurait honte aujourd'hui, à l'heure où pas une journée ne se passe sans que l'on évoque Marvel et DC Comics, ces films et séries que l'on dévore sur Netflix ?

 

 

 

En raison des mises à jour régulières et du rythme pressé des technologies, les guides de jeux seront les ouvrages à la rotation la plus rapide, et au tirage limité à 10.000 exemplaires : « Dès qu’un tirage sera écoulé, le suivant, mis à jour, prendra le relais », explique l’éditrice. Si Fnac et Amazon constituent les premiers réseaux de distribution pour ce type d’ouvrages, « les libraires s’y mettent aussi, sans difficulté, au vu de l’engouement autour de la culture geek ».

 

Les guides de jeux ne sont probablement pas si simples à vendre qu’il n’y paraît : des informations similaires sont souvent disponibles, gratuitement, sur le Web. « Sur internet, on trouve de tout », concède l’éditrice, « mais en bazar, et il est difficile de savoir quelle est la bonne info : c’est pourquoi nous avons fait appel à des spécialistes du jeu en question, qui font ce travail de synthèse pour le lecteur et regroupent toutes les infos utiles sur un même sujet. » Le recours au YouTuber le plus réputé sur le sujet peut aussi aider : c’est le cas d’Arsenik, spécialiste de Clash of Clans.

 

 

 

La pertinence face à Internet

 

« C’est l’éternelle question, lorsque l’on travaille sur la culture Internet : on peut se demander à quoi sert un livre : notre label fait appel à des amoureux de la culture geek, mais qui sont aussi des amoureux du livre et de la littérature. L’objectif est d’amener cette culture geek très riche vers la littérature », explique Lucie Levron. Des concurrents le font déjà, comme Bragelonne et Pix'n Love, pour ne citer qu’eux, et les éditions 404 devront affirmer leur caractère avec leurs prochaines parutions.

 

Les fanfictions seront évidemment de la partie, avec deux séries issues de l’univers de Minecraft, Descente dans l’Overworld, de Liam O’Donnell, et Le Journal d’un Noob, de Cube Kid, pour commencer. Le développeur du jeu, Mojang, s’avère d’ailleurs très tolérant vis-à-vis des exploitations non autorisées de sa licence, pratique pour un éditeur de fanfictions : « Nous ne possédons pas les droits, mais nous précisons bien qu’il s’agit d’une fan fiction non officielle. La plupart du temps, les ayants droit sont assez tolérants, dans la mesure où cela profite à la notoriété d’une œuvre, mais on ne va pas sur n’importe quel territoire : Mojang, pour Minecraft, est assez conciliant là dessus, dans la mesure où la fan fiction est très bienveillante. Pour Harry Potter ou Star Wars, pas question », détaille Lucie Levron.

 

La collection « FollowMe » sera consacrée aux stars du web : « Après EnjoyPhoenix et Natoo, les éditeurs se sont rués sur les YouTubers », reconnaît Lucie Levron. Parfois pour des projets catastrophiques, comme la bande dessinée Joueur du Grenier... À force de persévérance, 404 a su convaincre Andy Raconte, une des plus suivies, de se lancer dans l’écriture d’un roman. Princesse 2.0, assure l’éditrice, est avant tout le livre d’Andy, et pas un livre pour Andy : « On ne veut pas fabriquer un projet pour le donner à n’importe quel auteur. On veut qu’ils prennent du plaisir, parce que c’est comme ça que l’on fait un bon livre. » On pourra également découvrir le parcours de Kayane, une gameuse professionnelle, dans une autobiographie à paraître.

 

 

 

D’autres collections suivront, plus ambitieuses, notamment une série de manuels pour apprendre le codage aux enfants, ainsi qu’une collection d’« escape books » inspirée des « escape rooms », un jeu d’énigmes consistant à trouver la sortie d’une salle dans un laps de temps donné, seul ou en équipe.

 

Pendant 3 ans occupée avec les licences, de Barbapapa à Pokémon, au sein des Livres du Dragon d’Or (également Edi8), Lucie Levron s’est lancée dans l’aventure des Éditions 404 avec Alexandra Bentz, directrice du Pôle Jeunesse Edi8, et Lola Salines, qui est à l’origine de la maison. « Elle était tout à la fois Obi-Wan, Dumbledore, Sherlock Holmes et Gandalf réunis », a témoigné Lucie Levron en hommage à son amie et collègue disparue. Le travail se fera aussi en sa mémoire, et sa force est avec eux.

 

« 404 veut être une grande famille », conclut Lucie Levron : on pourra la rejoindre en suivant la maison sur les différents réseaux sociaux, dont Snapchat, encore peu utilisé par l’édition, où seront présentées les coulisses de la jeune structure.