5 choses à savoir sur Stefan Zweig

Antoine Oury - 10.08.2016

Edition - International - Stefan Zweig auteur - Stefan Zweig film - Stefan Zweig biographie


Le film Stefan Zweig, adieu l'Europe, au cinéma ce mercredi, revient sur les années d'exil de l'écrivain autrichien au Brésil, à partir de 1940, après un premier voyage en 1936. Deux ans plus tard, l'écrivain se suicide avec son épouse, écrasé par le poids de la guerre et la progression de l'idéologie fasciste. Retour sur quelques détails de la vie et de l'œuvre d'un écrivain lu dans le monde entier.

 

Josef Hader est Stefan Zweig dans Stefan Zweig, adieu l'Europe

 

 

1. Stefan Zweig était un grand amateur du compositeur Gustav Mahler

 

Stefan Zweig était un admirateur inconditionnel du compositeur autrichien Gustav Mahler (1860-1911) : il écrivait ainsi que croiser Mahler dans la rue « constituait un événement que l'on rapportait à ses camarades le lendemain comme un triomphe personnel ». Outre un long poème, Der Dirigent (Le chef d’orchestre), en 1910, Zweig fera paraître dans le quotidien Neue Freie Presse, en 1915, un portrait en souvenir du compositeur, Gustav Mahlers Wiederkehr (Le retour de Gustav Mahler). 

 

Car pour nous, pour toute une génération, il fut davantage qu'un musicien, davantage qu'un simple artiste : il fut la part inoubliable de notre jeunesse. Stefan Zweig sur Gustav Mahler

 

 

2. Les archives de Stefan Zweig sont conservées à la Bibliothèque nationale d'Israël

 

C'est en 1933 que Stefan Zweig, alors au faîte de sa gloire, contacte la Bibliothèque nationale d'Israël pour confier ses archives personnelles à l'établissement. Le transfert des documents se fera dans les années 1930, et Zweig avait simplement stipulé que ses archives ne devaient être exploitées que 10 ans après sa mort. La traductrice de Zweig vers l'italien, Lavinia Mazzuchetti, ajouta quelques années plus tard les archives de l'auteur qu'elle avait en sa possession. On retrouve dans cette base des lettres, manuscrits et photographies, avec des documents essentiellement écrits en allemand, mais aussi en français. Signalons aussi que certaines traductions de Zweig sont entrées dans le domaine public au Canada.

 

3. Stefan Zweig a laissé une ultime lettre avant son suicide

 

Le 22 février 1942, la veille de son suicide et de celui de son épouse Charlotte Elisabeth Altmann, Stefan Zweig signe une dernière lettre pour expliquer son geste. « [T]out recommencer à 60 ans demande des pouvoirs spéciaux, et mon propre pouvoir a été épuisé après des années de vagabondage sans foyer. Je préfère donc mettre fin à ma vie au bon moment, debout, comme un homme dont les productions culturelles ont été son bonheur le plus pur et sa liberté personnelle — les deux choses les plus précieuses sur cette terre », écrit notamment l'auteur du Joueur d'échecs.

 

4. Stefan Zweig était un biographe passionné

 

Si la vie de Zweig est au centre du film Stefan Zweig, adieu l'Europe de Maria Schrader, l'écrivain autrichien s'intéressa énormément aux vies des autres au cours de sa carrière. Il signa ainsi plusieurs biographies, consacrées à Émile Verhaeren, Romain Rolland, Joseph Fouché, Marie-Antoinette, Magellan, Érasme, Montaigne ou encore Balzac. Il choisissait souvent ses sujets en fonction de l'admiration qu'il leur portait, ou de ses affinités intellectuelles avec eux.

 

5. Wes Anderson lui a rendu hommage dans The Grand Budapest Hotel

 

Le cinéaste américain Wes Anderson expliquait s'être inspiré des œuvres de Zweig pour l'ambiance de The Grand Budapest Hotel, sorti en 2014 : « Les Européens sont étonnés que nous ne connaissions pas plus cet écrivain. Le Grand Budapest Hotel n'est pas tiré d'une de ses histoires, mais il y a une certaine atmosphère, un univers et mon intention était de proposer notre propre version d'une histoire de Zweig », expliquait-il au moment de la sortie du film.

 

Le personnage joué par Jude Law dans le film serait par ailleurs une incarnation romancée de l'écrivain.