5 livres pour comprendre l'élection du président des Etats-Unis, Donald Trump

Victor De Sepausy - 09.11.2016

Edition - Les maisons - livre comprends élection - Donald Trump président - essais politique Amérique


Il va falloir s’y faire : dans quelques semaines, Donald Trump sera le 45e président des États-Unis, battant Hilary Clinton. Si son premier discours se voulait rassembleur, et tourné vers l’ensemble du pays, les propos anciens ne sont pour autant pas oubliés. 

 

Trump

IoSonoUnaFotoCamera, CC BY SA 2.0

 

 

ActuaLitté a établi une sélection de livres qui ont accompagné le parcours de l’homme qui remporta la primaire républicaine, avant de s’imposer devant la candidate démocrate.

 

 

On pourra reprendre le fil de la campagne, et se pencher sur l’ouvrage de Stéphane Bussard et Philippe Mottaz, #TRUMP, de la démagogie en Amérique. Les auteurs démontraient comment le candidat s’est servi des réseaux sociaux, loin de la stratégie de Barack Obama, pour accéder à l’investiture du parti républicain. 

 

`

 

« Selon eux, Donald Trump a puisé son pouvoir dévastateur dans les nouvelles technologies dont l’impact sur les démocraties marque la mutation du populisme classique vers son incontrôlable avatar numérique. » (Ed. Slatkine & Cie)

 

Chez Denoël, L’Amérique Selon Trump ; Comment Survivre En Trumpocratie, de Scott Dikkers. Le livre n’était au départ qu’une projection, maintenant devenue réalité. Manuel décortiquant toute l’histoire du président des États-Unis, il présente avec de nombreuses illustrations les racines du mal, pourrait-on dire. (Trad. de l'anglais par Santiago Artozqui)

 

 

« Vous aurez alors non seulement une chance de comprendre ce qui vous pend au nez, mais vous pourrez aussi espérer survivre et prospérer malgré la trumpocalypse imminente (durée probable : quatre à huit ans). »

 

Décapitation de Donald Trump : si Hillary perd, il restera toujours Spawn 

 

Le livre d’Anne Toulouse, Dans la tête de Donald Trump (Ed. Stock), est celui d’une journaliste qui vit aux USA depuis une vingtaine d’années. Parce que la France et les médias français n’ont rien vu venir et ne comprennent pas l’irrésistible et spectaculaire ascension de Donald Trump – chaque jour plus proche du pouvoir suprême – elle a choisi de nous raconter, avec une pointe d’humour et très simplement, les ressorts de sa popularité. 

 

 

 

Le milliardaire y est présenté sous un jour inédit, au croisement d’un mécontentement populaire global et la séduction qu’il a su exercer sur le peuple et les électeurs. Loin des idées reçues, un Trump que l’on ne connaissait finalement pas. 

 

George Martin a pris fait et cause pour Hilary Clinton 

 

Le livre de George Beahm, Donald Trump, la vérité crue (Ed. Les Editeurs réunis) a été remarqué. Il exposait la manière dont l’Amérique a décidé de faire confiance, progressivement au candidat. Trump, l’homme de la situation, pourtant stupide dans ses frasques et ses sorties. (Jean-Louis Morgan)

 

 

« Sa fortune démesurée lui évite en effet d’être à la merci des lobbyistes, et les solutions qu’il propose, bordées de bon sens, séduisent sa base toujours croissante de partisans. D’autres, par contre, considèrent Donal Trump comme un personnage grotesque, le digne héritier du capitalisme sauvage d’une époque révolue. »

 

Stephen King : sa nouvelle histoire d'horreur s'appelle Donald Trump  

 

Enfin, un titre qui prend de la hauteur, Donald Trump, les raisons de la colère, et pas simplement au sens figuré : Trump, c’est un patrimoine évalué à 8 milliards $, des gratte-ciel partout dans Manhattan – et pourtant, personne n’aurait mis un cent sur ce candidat. Et c’est probablement là que le bât blesse, indique André Bercoff. 

 

 

Car Trump n’a pas vraiment changé... Voilà trente ans, en politique étrangère et intérieure, les mêmes propos qu’aujourd’hui. Et ces millions d’Américains de la classe moyenne « à la fois croyants et déboussolés, citoyens de l’hyper-puissance mais inquiets pour leur avenir, suivent aujourd’hui un trublion hors norme qui leur promet le retour à la grandeur, alors que la classe politico-médiatique le voue aux gémonies ». (Ed. First)