50 millions € pour la culture : "mesure exceptionnelle dans les circonstances"

Nicolas Gary - 12.04.2016

Edition - Economie - crédits culture - Manuel Valls - millions euros


Lors d’un déplacement à Metz, le 7 avril dernier, le Premier ministre a fait part de son soutien au monde de la Culture. Une enveloppe de 50 millions € sera ainsi débloquée, selon ses propos « pour le spectacle vivant et la démocratisation culturelle ». Fort de cette annnonce, le ministère de la Culture a immédiatement relayé la bonne nouvelle.

 

Ministère de la Culture

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Inspiré par sa visite au Centre Pompidou-Metz, Manuel Valls a donc tenu à faire preuve de sa solidarité avec le monde de la culture. Alors que le budget pour 2016 avait déjà connu une hausse légère, le ministère de la Culture disposera de 50 millions € supplémentaires « dans un moment où il importe de renforcer l’appartenance collective à la Nation ».

 


 

La rue de Valois indique ainsi que des moyens supplémentaires seront affectés aux collectivités territoriales, pour le financement de projets « souvent cofinancés avec les acteurs locaux ». Alors que plusieurs manifestations ont en effet annoncé qu’elles renonçaient à leur édition 2016, faute de budget, cette enveloppe ressemblerait volontiers à une bouffée d’oxygène.

 

« La majorité des crédits immédiatement rendus disponibles soutiendra, partout en France, la création, la production et la diffusion pour tous les secteurs de la création en permettant l’essor de l’emploi culturel et la structuration des équipes artistiques », indique Valois. Qui ajoute : « Le dégel financera également des actions du ministère de la Culture et de la Communication en matière d’éducation artistique et culturelle, avec un effort particulier pour les jeunes les plus en difficulté. »

 

L’EAC compte en effet parmi les missions que, depuis Aurélie Filippetti, le ministère de la Culture s’était fixées. Mieux : il s’inscrivait dans les priorités de financement du Centre National du Livre que de répondre aux impératifs ministériels. Un fonds de 200.000 € avait à ce titre était ouvert en 2008 pour soutenir la « librairie de l’éducation artistique et culturelle », afin de stimuler les projets innovants des éditeurs – budget abondé par Valois et le ministère de l’Éducation nationale. 

 

On évoque également une insertion professionnelle accélérée pour les jeunes créateurs, de même que des initiatives en faveur de l’innovation « via la création de “fablabs”, d’incubateurs et de pépinières artistiques ». 

 

Une mesure exceptionnelle dans les circonstances

 

Chaque année, 8 % des crédits sont généralement gelés pour l’ensemble des ministères, et chacun devra par la suite demander à ce que les enveloppes soient rouvertes. « Le ministère de la Culture a formulé une demande anticipée pour obtenir le dégel des budgets, de sorte à pouvoir mener à bien les différents projets portés par la ministre Audrey Azoulay. » 

 

La mesure est traditionnelle que de geler ces crédits, mais la rue de Valois explique que les besoins se faisaient sentir dès à présent – ce qui explique la demande anticipée. En outre la validation obtenue du Premier ministre « est plutôt exceptionnelle cette année, parce que nous sommes le seul ministère à avoir obtenu le dégel ».

 

Or, les différentes annonces réalisées ces dernières semaines impliqueraient plutôt que les enveloppes resteront fermées pour chacun. « C’est une raison de se réjouir du soutien que le Premier ministre donne au monde de la culture », poursuit la rue de Valois.

 

L’attribution des 50 millions € se fera tout particulièrement sur les programmes 131 et 224 – à savoir Création et Transmission des savoirs et démocratisation de la culture. « Il s’agit des programmes qui incarnent les priorités de la ministre », indique la rue de Valois. La répartition de la somme se fera donc dans ces deux segments du programme présenté dans le projet de loi de Finances. On parle notamment du financement des classes préparatoires pour les écoles d’art, ou des aides aux élèves en difficulté avec des bourses spécifiques.

 

Prochainement, des appels à projets compléteront les développements que porte le ministère. Chaque DRAC s’organisera en fonction, « parce qu’elles connaissent mieux le terrain et sont à la manœuvre dans la mise en place des activités culturelles », précise le ministère.