72 ans après sa mort, un inédit de Fitzgerald dans le New Yorker

Clément Solym - 31.07.2012

Edition - International - Francis Scott Fitzgerald - nouvelle inédite - New Yorker


Normalement, la nouvelle inédite de Fitzgerald publiée dans le New Yorker est vraie : on ne sait jamais, mieux vaut le préciser... (voir notre actualitté) Proposée par l'auteur de Gatsby le Magnifique au journal en 1936, la nouvelle fut à l'époque refusée, mais l'auteur américain était familier de la chose : il ne connut jamais le succès de son vivant.



F. Scott Fitzgerald, 1935 by David Silvette, Oil on canvas

F. Scott Fizgerald, par David Silvette (auteur : cliff1066™)


 

Entre 1929 et 1937, Fizgerald a envoyé bon nombre de ses textes au New Yorker, qui a sélectionné et publié parmi ceux-ci trois nouvelles et deux poèmes, parmi lesquels le New Yorker signale comme « notable » A Short Autobiography, où l'écrivain détaille son existence non par le menu, mais par la carte des vins.

 

À l'époque de Thank You For the Light, Fitzgerald venait de voir Taps at Reveille publié, un recueil de nouvelles, le dernier publié de son vivant. Toute la rédaction du New Yorker s'était alors accordée pour ne pas publier la nouvelle, jugée « trop étrange et trop éloignée du genre auquel on l'associe, et, surtout, trop fantastique ».

 

C'est le petit-fils de Fitzgerald qui a mis la main sur la nouvelle en rangeant les vieux papiers de son célèbre ancêtre : « Le chercheur et éditeur James West l'a lue et l'a envoyée à l'ayant droit, pensant que ce serait amusant que le New Yorker donne une seconde chance au texte. » Et cette fois, le journal n'a pas fait la fine bouche, et les anglophones seront ravis de découvrir le texte dans son intégralité à cette adresse.