93 jours de prison pour un livre en retard : on ne plaisante pas

Cécile Mazin - 18.04.2016

Edition - Bibliothèques - prison retard livre - amende bibliothèque


La loi est dure, mais elle s’applique à tous, y compris aux touristes. Deux habitants du Michigan risquent en effet une peine de prison de 93 jours, accompagnée d’une amende de 500 $, pour n’avoir pas rendu un livre à temps. Cathy et Melvin Duren, qui vivent à Tecumseh, avaient emprunté un ouvrage du Dr Seuss pour leur petite-fille, en juillet 2014, puis un autre en avril 2015. Heureusement, la justice veille au grain.

 

 

 

« Je ne peux pas imaginer aller en prison pour ça, et je vais certainement me battre contre ces accusations, parce que je ne suis pas coupable », jure Cathy Duren, citée par l’Associated Press. Mais l’affaire est presque comique. Accusés tous deux d’avoir volé du matériel de location, ils ont été condamnés ce 14 avril à une double amende de 200 $. 

 

Durant l’été 2014, le couple emprunte à la bibliothèque du district un livre du Dr Seuss. Selon eux, le livre a bien été rendu, mais l’établissement ne remet pas la main dessus. Ils reçoivent alors en octobre un avis, évoquant des frais de retard – mais restent interdits. Tous deux sont handicapés et ne peuvent pas payer le montant réclamé : ils vivent pour l’heure d’aides sociales. 

 

En outre, Melvin est en phase trois d’une maladie rénale, et possiblement atteint d’un cancer : clairement, les frais de bibliothèque en regard de ce qu’ils vont devoir débourser pour les soins médicaux sont le cadet de leurs soucis. 

 

En avril, c’est The Rome Prophecy, un thriller de Sam Christer, qu’ils viennent emprunter, mais juste avant Noël, l’établissement leur fait parvenir un courrier avec une amende de 55 $ pour n’avoir pas retourné le livre... huit mois après le prêt. Ils remettent la main sur le livre en janvier, mais cafouillage : l’épouse croit que son mari l’a rendu, et finalement aucun des deux ne bouge. 

 

Quant au livre du Dr Seuss, pas de nouvelles : Cathy Duren décide d’envoyer 55 $ pour couvrir les frais de retard et le rachat du livre, mais son mandat est rejeté. Motif : elle et son mari ont refusé de s’acquitter des 210 $ d’amende, réclamés par le bureau du procureur. La somme devait être réglée avant de payer les frais à l’établissement, aussi les 55 $ n’arriveront jamais à bon port.

 

Moralité ? Le couple assure qu’il ne se laissera pas faire, et jure qu’il ne mettra probablement plus jamais les pieds dans une bibliothèque. Tout gagné ! 

 

Ils reviendront tout de même devant les tribunaux le 3 mai prochain.