À 8 ans, elle perd tous ses livres dans l'incendie de sa maison, mais un auteur intervient

Cécile Mazin - 07.04.2016

Edition - International - incendie bibliothque - fille lecture - solidarité réseaux internet


C’est un conte de Noël en avance que la petite Heidi, 8 ans, vient de vivre. Le 17 mars dernier, un incendie survient dans la maison de ses parents, détruisant tout, et entraînant la mort du chien et du chat familiaux. On croirait du Dickens mâtiné des Misérables, mais dans le monde réel. La famille se retrouve totalement démunie, et dans la presse, on découvre la triste situation. 

 

 

 

Heidi VanSumeren va attirer l’attention d’auteurs, sur les réseaux. Dans les médias, on apprend en effet que la petite fille est une grande lectrice et que l’incendie a évidemment fait disparaître sa bibliothèque. Bob Shea, auteur et illustrateur jeunesse vivant à New York lance alors un appel à ses confrères : 

 

 

 

 

 

Shea avait déjà rencontré la petite Heidi, à l’occasion d’une visite dans sa classe. Particulièrement ému, il en appelle à la générosité de chacun. Quelque six jours après l’incendie, se répand alors sur le réseau une vague de solidarité. Et voici que les plis commencent à arriver en masse. 

 

Avec trois messages, l’auteur parvient à mobiliser suffisamment d’écrivains pour que la bibliothèque de Heidi soit totalement reconstituée. Les ouvrages sont expédiés à l’école de la jeune fille, et la principale de Parma Elementary School, Sue Haney n’en revient pas. « Heidi a regardé chaque livre », assure-t-elle. 

 

L’un de ses livres favoris, The Kissing Hand lui est même offert. « Je continuais de lui dire que tout se passerait bien », assure la maman Beht VanSumeren. Et cette attention inattendue, doublée d’une grande bonté, a fini par lui donner raison. 

 

« Nous avons fini avec trois sacs à dos et trois autres grands sacs pleins de livres », continue la maman. En tout, plus de trois cents ouvrages sont arrivés. « Les livres sont spéciaux, pour elle. Nous pouvons lui parler et essayer de lui expliquer, mais quand elle lit d’elle-même, parce qu’elle est triste, cela l’aide. Ca a toujours était plus facile de lui faire comprendre ainsi les choses », poursuit-elle. (via MLive)