medias

À Amiens, 30 années de librairie pour le Labyrinthe

Auteur invité - 13.08.2018

Edition - Librairies - Amiens librairie Labyrinthe - anniversaire libraire Amiens


Nichée au cœur du quartier historique d’Amiens, la librairie du Labyrinthe est désormais trentenaire. Animés par une passion toujours aussi vive et malgré les combats à mener, ses fondateurs Philippe Leleux et Élise Danloy ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. 



Philippe Leleux, cofondateur © Élodie Soury-Lavergne
 


« Une aventure avec beaucoup de folie, mais pas trop de naïveté », sourit Philippe Leleux en qualifiant les trois décennies qu’il a déjà passées à la tête de la librairie amiénoise du Labyrinthe. Cet établissement qu’ils ont créé en 1988, « à une période où le quartier Saint-Leu était en pleine réhabilitation », fête ses trente ans cette année. Une jolie réussite pour ces libraires qui ont démarré en faisant eux-mêmes les travaux dans le local et en empruntant de l’argent à leurs proches pour constituer le fonds. 
 

Près de 8000 livres 


Depuis ses débuts, la librairie du Labyrinthe a évolué au fil des tendances littéraires, des demandes de ses clients ou des découvertes et coups de cœur des libraires. Elle a également suivi les transformations du paysage urbain dans lequel elle s’inscrit : un quartier historique de la ville, situé non loin de la célèbre cathédrale et bordé de canaux lui donnant des airs vénitiens. Il faut d’ailleurs emprunter un petit pont pour en rejoindre l’entrée. Ou du moins l’une des entrées, car ce lieu a la particularité d’en compter deux, à l’avant et à l’arrière de la boutique. 
 

Malgré ces trente années d’évolution, la librairie du Labyrinthe a su conserver un charme authentique. Pas de décoration tendance dans cette boutique, mais près de 8000 livres tenant dans 63 m2, parfois bien rangés dans des étagères et d’autres fois, posés en pile ou même entassés. Entre le papier à l’odeur suave et une atmosphère chaleureuse, c’est le genre de lieu où l’on a irrésistiblement envie d’ouvrir un livre et de s’y perdre.

Et le choix est vaste, car la librairie propose « tout, sauf des livres scolaires, que nous pouvons tout de même commander ». Nul doute que le badaud saura trouver son bonheur quelque part entre les succès littéraires du moment et les coups de cœur de Philippe Leleux. « Mon Goncourt, cette année, c’est le Camps des autres de Thomas Vinau : il y a dans ce livre une prouesse stylistique époustouflante », lance-t-il avec enthousiasme.

 

Un combat de tous les jours 


Profitant de son emplacement, la librairie a une clientèle de fidèles parmi lesquels des Amiénois, bien sûr, mais aussi des touristes belges, anglais et hollandais. Interrogé sur les projets à venir, Philippe Leleux se contente d’une réponse prudente : « Maintenir en vie la librairie et pouvoir en vivre dignement. » Et de souligner : « C’est un combat de tous les jours. Depuis 1988, nous avons dû faire face à toutes sortes de révolutions comme les ventes sur Internet, le livre numérique ou l’essor des grandes surfaces culturelles... »
 

Les libraires réalisent une ou deux animations par semaine, entre leurs murs ou à l’extérieur, pour faire connaître ou reconnaître leur librairie. Ils misent également sur des horaires décalés : l’établissement est ouvert les mardi, mercredi et dimanche de 11 h à 12 h 30, puis de 15 h à 19 h. Les jeudi et vendredi, une plage de 21 h à 23 h s’ajoute à ces précédents horaires, ainsi que le samedi, avec une ouverture dès 10 h.

« Le quartier Saint-Leu est un quartier nocturne », explique le libraire. Il précise : « S’il n’y a personne en soirée, je travaille sur les commandes, la compta, etc., et si je suis dérangé dans ces tâches par des clients, je suis heureux. Ces derniers n’ont pas le même comportement le soir : ils laissent plus de place à la découverte alors qu’en journée, ils viennent surtout chercher un livre qu’ils ont en tête. Ces horaires font aussi le bonheur des touristes durant l’été. »

Pour poursuivre son développement, les libraires vont aussi s’appuyer sur la prochaine installation d’un campus universitaire à la Citadelle, non loin de sa boutique : l’occasion de proposer davantage de livres dédiés aux sciences humaines.

 

Les éditions du Labyrinthe 


L’année prochaine, Philippe Leleux fêtera également les 20 ans des éditions du Labyrinthe, une maison qu’il a lancée par passion et au gré de rencontres. Dans son catalogue, celle-ci compte aussi bien des livres sur l’histoire de la Picardie, que des livres bilingues ou de la littérature sous forme de romans, nouvelles ou poésie. Les éditions du Labyrinthe publient trois livres par an, en moyenne, les choix se faisant au coup de cœur.

Sans diffuseur ni distributeur, Philippe Leleux réalise lui-même un large travail autour de la promotion de ses livres. « Je voudrais accélérer sur la partie éditoriale, mais nous ne sommes que deux et nous avons déjà du travail pour trois », souligne-t-il. Parmi les derniers nés, Philippe Leleux mise particulièrement sur un roman, La Vallée des Térébinthes, écrit par Gilles Touati, un chirurgien cardiaque amiénois. « Le premier tirage est de 2000 exemplaires : j’y crois vraiment et j’ai déjà de bons retours de lecteurs », se réjouit-il.
 

Un métier passion 


Ces trente années passées à la tête de la librairie et des éditions du Labyrinthe, c’est une expérience que Philippe Leleux, ancien ouvrier du livre à l’imprimerie Yvert et Tellier, ne regrette pas, malgré 70 à 80 heures de travail par semaine. « Si c’était à refaire, je recommencerais, car je ne sais rien faire d’autre que les métiers du livre ou de l’écriture », s’amuse-t-il. Prenant un air songeur, il ajoute ensuite : « J’aurais pu être jardinier ; c’est ma seconde passion. Je crois que j’aurais aimé être chirurgien, aussi : la chirurgie, pour moi, c’est de l’art au même titre que la littérature ».

Concernant l’avenir, le libraire se montre serein même si « Science & Vie prédit que dans quelques années certains métiers n’existeront plus, dont ceux d’auteur ou de chirurgien. Je ne partage pas cette analyse, car aucun logiciel ne remplacera jamais le souffle de l’écriture, et aucun robot ne pourra se substituer à l’humanité dont un chirurgien fait preuve envers les patients. » 


Élodie Soury-Lavergne 
 

Librairie du Labyrinthe,
37 rue du Hoquet,
80000 Amiens. 03 22 92 23 52 
www.librairiedulabyrinthe.fr,

 

en partenariat avec l'AR2L Hauts de France

   

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.