Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

À Cannes, Gallimard entend bien séduire les producteurs

Antoine Oury - 14.02.2014

Edition - Les maisons - éditions Gallimard - cinéma - Cannes


Les éditions Gallimard ont décidé de valoriser un peu plus leur catalogue auprès des producteurs : si les adaptations de livres essaiment en salles, elles sont essentiellement tirées d'ouvrages anglophones. Pour faciliter l'achat de droits d'exploitation cinématographique, le département audiovisuel de la maison se joint à la Société Civile des Editeurs de Langue Française (SCELF) pour présenter une dizaine d'ouvrages à Cannes.

 

 

TS

(Benjamin Linh VU, CC BY-SA 2.0)

 

 

 L'une des dernières adaptations les plus remarquées n'est autre que Snowpiercer, de Bong Joon Ho, adapté de la bande dessinée Le Transperceneige de Jean-Marc Rochette et Jacques Lob, publiée par Casterman. Un long-métrage réussi, et un bon succès à l'international, qui ne font pas s'asseoir le groupe Gallimard sur ses lauriers.

 

La maison d'édition s'est ainsi distinguée au IDF Location Expo, organisée par la Commission du Film d'Île-de-France, avec l'événement One Book, One Place. Celui-ci tenait en une présentation de quelques titres du catalogue, conjointement à celle d'un cadre propice au tournage, lié à chaque livre. 

 

Ainsi, des producteurs craintifs quant à l'obtention des droits sont un peu moins frileux, voyant que l'éditeur a déjà contrôlé les lieux de tournage possibles. Une dizaine de titres ont été présentés par les auteurs eux-mêmes et les éditeurs.

 

La SCELF organisera comme de coutume des rencontres entre producteurs et éditeurs au Salon du Livre de Paris, mais Frédérique Massart, directrice du département audiovisuel chez Gallimard, n'y croit pas trop : « Les producteurs internationaux sont bienvenus au Salon du Livre, mais peu feront le déplacement... Nous avons pensé qu'il sera plus efficace de les rencontrer à Cannes. » Les romans graphiques, dans la suite de La Vie d'Adèle, ont évidemment la cote.

 

La grand-messe du cinéma sera l'occasion, pour Gallimard, de prêcher pour sa paroisse...

 

(via Screen Daily)