À Dunkerque, La Librairie déploie sa palette de livres et de couleurs

Auteur invité - 11.08.2017

Edition - Librairies - Dunkerque ouverture librairie - commerce livres lecteurs - libraires passion Dunkerque


C’est à la fois une création, une renaissance et un retour aux sources ! « La Librairie » a ouvert ses portes en décembre 2015 non loin du théâtre Le Bateau Feu et à deux pas du lycée Jean Bart (ça ne s’invente pas, mais on est à Dunkerque !) dans un très bel espace à la scénographie soignée. Thomas Demey et Christophe Coelenbier, les responsables, ont partagé l’espace entre des livres choisis et un rayon beaux-arts. Visite guidée.




Heureux qui comme Ulysse... Ou même comme Thomas Demey, ce Dunkerquois qui a rejoint la ville de son enfance, après avoir passé vingt ans loin d’elle, à Berlin et Bruxelles. Un retour aux sources qui n’est pas que géographique : depuis décembre 2015, Thomas Demey gère La Librairie, dans un local où sa propre grand-mère tenait autrefois... une librairie.
 

Cet emplacement n’était pourtant pas une évidence au démarrage du projet : « Au départ, nous voulions être dans le centre-ville, comme tout le monde, mais les loyers y sont élevés et il est un peu déserté aujourd’hui », explique l’intéressé avant de compléter : « Quand j’étais à l’étranger, je vivais moi-même dans des quartiers, pas en centre-ville. »

 

Le gène du livre


Ce joli clin d’œil à l’histoire familiale est loin d’être le seul. Thomas Demey semble avoir hérité d’un gène du livre de ses grands-parents, comme de ses parents. Son père, Patrick Demey, était en effet le gérant des librairies Majuscule, installées à Dunkerque et Saint-Omer, et qui ont été liquidées début 2015. « À Dunkerque, place Jean Bart, la librairie Majuscule s’étendait sur 1 500 m2. Ça a fermé brutalement, car c’était une trop grosse machine à faire tourner », relate Thomas Demey.
 

Il ajoute : « Il y avait de la place à Dunkerque pour notre projet : la plus grande surface en librairie c’est Auchan et il y a aussi deux librairies indépendantes, spécialisées en jeunesse et en BD. » Convaincu qu’il y a une carte à jouer, Thomas Demey poursuit donc l’aventure familiale à sa manière. Il commence par contacter Christophe Coelenbier, libraire depuis 30 ans, et qui a notamment travaillé durant 27 ans chez Majuscule Dunkerque. Ensemble, ils donnent naissance à une librairie indépendante qu’ils baptisent, avec la simplicité qui les caractérise, La Librairie.
 

Christophe Coelenbier, salarié de cette nouvelle entité, en est le libraire tandis que Thomas Demey est gérant et s’occupe de toute la partie administrative.

 

Entre livres et Beaux-Arts


La Librairie s’étend aujourd’hui sur 230 mètres carrés, dans un quartier en passe de devenir culturel. À deux pas de la boutique, se dressent les silhouettes du théâtre Le Bateau Feu et du lycée Jean Bart, qui compte 1 500 élèves. Dans peu de temps, une médiathèque sortira également de terre et sera visible depuis les immenses fenêtres de la librairie. « Nous n’avons pas de vitrine mais avec ces fenêtres, le magasin entier est sa propre vitrine » sourit Christophe Coelenbier, qui semble avoir trouvé sa place entre les grands murs blancs de La Librairie, joliment rehaussés de tableaux colorés.
 

La surface de vente, d’une centaine de mètres carrés, voit se côtoyer deux espaces : un premier dédié au livre et le second à des produits pour les Beaux-Arts, misant sur des marques de qualité et parfois peu diffusées en France. « Les Beaux-Arts sont notre bouée de secours, car les marges sur le livre sont faibles », indique Thomas Demey, qui est lui-même professeur de peinture aux Beaux-Arts. Quant aux livres, La Librairie en compte 5 000 : des romans de genres divers, des ouvrages sur la cuisine, sur le bien-être, des beaux livres ou encore des ouvrages scolaires... « Nous ne faisons pas trop de jeunesse ni de BD, car Dunkerque compte déjà deux librairies spécialisées dans ces domaines », souligne Thomas Demey.
 

Librairie La Nuit des Temps : féminisme, LGBT et écologie sur les étagères


Le sourire aux lèvres et le regard un peu rieur, il ajoute aussitôt : « On a quand même un Tintin et un Gaston Lagaffe, sans quoi nous ne serions pas une librairie ! » Et pour tirer son épingle du jeu dans un secteur en tension et concurrentiel, la jeune librairie mise sur le service à la personne : les livres peuvent par exemple être livrés aux clients par des coursiers en vélo. « Nous avons même un réseau pour trouver des livres épuisés », s’enthousiasme Christophe Coelenbier.

 

Un lieu de vie


Au-delà d’un espace dédié au livre et à l’art, La Librairie est aussi un lieu de vie. Chaque samedi, sans exception, elle accueille un auteur en dédicace et c’est ainsi que Franck Thilliez ou Grégoire Delacourt ont déjà visité ses murs. Autre particularité, La Librairie dispose d’un sous-sol aménagé pour accueillir des expositions : en mars dernier était par exemple exposé le travail du graffeur dunkerquois Spray4fun. « Dans les années 50, ce lieu abritait déjà une galerie, tenue par mon grand-père. Mon but n’était pas de faire la même chose que mes grands-parents : ça s’est imposé », sourit Thomas Demey.



 

Outre les expositions, ce sous-sol accueille aussi des ateliers de lecture, d’écriture, des associations, etc. « L’idée est de leur dire : vous avez un espace à disposition pour vous exprimer », souligne Thomas Demey. Ces manifestations font d’ailleurs vivre La Librairie : « À chaque animation, la moitié du public tourne dans la librairie et achète un livre », se réjouit Christophe Coelenbier.
 

Un bon démarrage


Pour sa toute première année d’activité, La Librairie a bien fonctionné. La société, une SAS, a atteint un chiffre d’affaires de 303 000 euros. « Au départ, nous envisagions bien moins et à 200 000 euros de chiffre d’affaires, nous aurions déjà été ravis », commente le gérant, satisfait. Il ajoute : « C’est de bon augure pour la suite mais nous faisons très attention à la trésorerie, car on sait que les trois premières années sont toujours difficiles. Mais notre comptable est loin d’être affolé et c’est même notre meilleur client : c’est un passionné de lecture ! »
 

Si le succès semble au rendez-vous, le lancement n’a pourtant pas été un long fleuve tranquille : « Cela a pris du temps : nous avons vu six ou sept banques qui nous ont dit non. Et puis un banquier a fini par accepter mais nous avons dû mettre de l’argent de notre poche. Nous avons apporté 15 000 euros et reçu un prêt à taux zéro du même montant de la part d’Initiative Flandre. Cela nous a permis d’emprunter 30 000 euros auprès de la banque. Avec le tout, nous avons pu faire les travaux dans ce local, dont nous sommes locataires, constituer le fonds, acquérir le système informatique et démarrer », relate le gérant.
 

Caravansérail, une librairie francophone à Londres qui mélange les cultures


Après avoir lancé son site internet début avril, La Librairie affiche déjà d’autres projets : « J’envisage de créer un site internet dédié aux personnes qui ont une bibliothèque chez eux et ne savent pas quoi en faire », indique Thomas Demey, qui refuse d’en révéler plus pour le moment.
 

www.lalibrairie.fr
La Librairie 33, rue Emmery, Dunkerque
Du mardi au samedi de 10h à 12h30 et de 14h à 19h
 

Éodie Soury-Lavergne

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais