À Francfort, l'Iran cite le Pape François

Antoine Oury - 18.10.2015

Edition - Iran Francfort - Pape François - liberté expression


L'invitation de Salman Rushdie en ouverture de la Foire de Francfort avait agité le monde littéraire : déjà, parce qu'il s'agissait de Salman Rushdie, quand même. Mais aussi parce que l'Iran, où Les Versets sataniques est banni depuis plus de vingt ans, avait annoncé un boycott de cette édition de la Foire, suite à l'invitation de l'auteur, dont la tête est mise à prix depuis 1989.

 

Frankfurt Buchmesse 2015

Sur le stand de l'Iran, on cite le Pape François (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le ministère de la Culture iranien avait déjà fourni des explications à ce boycott, en amont de la Foire : « Les responsables [de la Foire] ont choisi pour thème la liberté d’expression, mais ont invité quelqu’un qui a insulté nos croyances (...). Les insultes de Salman Rushdie et de certains caricaturistes sont une violation de la liberté d’expression. »

 

Le stand des éditeurs iraniens a été converti en tribune pour expliquer le geste du pays : « L'invitation d'un auteur qui insulte les croyances sacrées de plus d'un milliard de musulmans au prétexte de la "liberté d'expression" à la conférence de presse de la Foire de Francfort est une violation de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme », affirme un panneau annonçant « Pourquoi nous ne sommes pas présents ? », surmonté par l'emblème de l'Iran.

 

« Le PEN devrait oeuvrer à améliorer l'amour et l'amitié, pas la haine et l'hostilité », souligne un autre panneau présenté sur l'espace de l'association des éditeurs et libraires de Téhéran. Le PEN est une organisation internationale qui défend la liberté d'expression, et celle de la presse, dans le monde.

 

Plusieurs ouvrages consacrés au Prophète Mahomet sont disséminés sur le stand, mais une affiche placée en évidence reprend des propos du Pape François, prononcés après les attentats de Charlie Hebdo, en écho aux autres responsables religieux : « On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision. [...] En matière de liberté d'expression, il y a des limites. »

 

Malgré le boycott de l'Iran, une dizaine d'éditeurs iraniens étaient présents, en toute discrétion. En effet, Francfort reste un rendez-vous important, pour la profession d'autant plus que l'édition iranienne y cherche les droits d'auteurs étrangers, pour les publier dans son pays.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.