À Francfort, le livre offre un espace d'échange politique pour l'Europe

Cécile Mazin - 10.10.2017

Edition - International - francfort inauguration france - foire livre francfort - inaguration Foire Francfort


Sous peu, la chancelière Angela Merkel accueillera le président Emmanuel Macron, pour l’inauguration de la 69e Foire du livre de Francfort. Du 11 au 15 octobre, la France est mise à l’honneur, mais de grosses pointures sont également conviées. En effet, la conférence inaugurale donnera la parole à Markus Dohle, CEO de Random House. Avant toute chose, Francfort se veut un lieu d’échanges politiques et de liberté d’expression.


Frankfurter Buchmesse 2016 - Foire du livre de Francfort
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Pour le commissaire général de la Foire, Juergen Boos, l’événement est plus que jamais devenu un forum où les influences mondiales peuvent s’observer. Elle offre aux auteurs et aux militants politiques un espace d’expression pour porter haut leurs combats, leurs préoccupations et leurs causes. 

 

« Lorsque les temps deviennent propices à des récits nauséabonds, et que la propagation de la peur et de la haine sont alors socialement acceptables, nous, bibliophiles libéraux, démocratiques, devons riposter par des arguments forts », assure le directeur.

 

Et de rappeler que sa Foire rassemble des personnalités aux opinions diverses, « elle est donc particulièrement adaptée en tant que lieu de discussions et de débats passionnés ». 

 


Juergen Boos
 

 

De son côté, Markus Dohle a fait part d’un réel optimisme, notamment pour ce qui touche à la transformation numérique des métiers et du secteur. Au cours des quinze dernières années, l’édition a réussi à trouver de nouvelles manières de communiquer auprès des lecteurs. 

 

« Compte tenu de la croissance et du développement du marché du commerce en ligne, pour les livres et dans tous les formats, nous avons besoin avant tout d’une nouvelle approche dans le marketing du livre. Nous devons également être capables de créer de la demande pour nos livres, directement et à grande échelle », estime Dohle. Grand patron d’un groupe mondial avec 250 filiales, ce dernier a peut-être des perspectives différentes du commun des mortels.

 

Pour Heinrich Riethmüller, président de l’association des éditeurs et libraires allemands, l’heure est à l’édition. Alors que les éditeurs se chargent de promouvoir le dialogue, l’Allemagne dit également prête à prendre sa part de responsabilité. Il revient aux dirigeants d’améliorer les conditions de travail pour l’édition indépendante, explique-t-il.

 

« Ce qui est en jeu, ici, n’est rien de moins que la qualité de l’éducation et l’indépendance des maisons d’édition », précise-t-il, en évoquant les problématiques de distribution des livres, et d’accès à la lecture. 

 

Avec 7300 exposants venus de 102 pays, soit un peu plus de monde qu’en 2016, Francfort est un événement incontournable dans la vente et l’achat de droits, au niveau mondial. Mais désormais, l’événement souhaite incarner un espace politique, à l’initiative des acteurs internationaux. Ainsi, Françoise Nyssen a invité ses confrères européens à une séance de discussion autour des politiques culturelles, prévue ce 11 octobre.


 

Foire du livre de Franfort
 

La France à Francfort : pays invité d'honneur à la Foire du livre 2017