Charles Dickens, pourfendeur d'asiles et de soins hospitaliers défaillants

Clément Solym - 15.07.2015

Edition - International - Charles Dickens - asiles - hôpitaux


Le Royaume-Uni pensait tout savoir de Charles Dickens, et plus encore de ses positions en faveur d’une justice sociale. Eh bien, c’était presque vrai : dans une revue, All the Year Round, où écrivaient des auteurs sous pseudonymes, comme Lewis Carroll, Dickens a signé un article cinglant. 

 

Charles Dickens by Don

Gary Knight, CC BY 2.0

 

 

C’est probablement, estime la presse britannique, l’une des plus spectaculaires attaques contre la pauvreté. On avait d’ailleurs attribué le texte à un certain Joseph Parkinson, mais Dickens est apparu comme le véritable auteur, suite à des études portant sur des notes en marge. Non seulement la paternité du papier revient à Charles, mais, surtout, il a déclenché une vive polémique, avec cette déclaration passionnée. 

 

Il évoque dans l’article des faits d’actualité, et notamment les dénonciations dans la presse, à partir de 1860, des conditions de vie dans les asiles. En 1864 et l’année suivante, deux personnes sont mortes, du fait de la négligence en vigueur dans les établissements. On parlait également d’incidents multiples, ayant abouti à une campagne réclamant une modification majeure du système de soins en milieu hospitalier. 

 

La découverte de ce texte, jusqu’alors inconnu sous la plume de Dickens, ne cesse de fasciner les chercheurs. Le problème est qu’il avait la réputation d’avoir la main lourde, quand il opérait l’édition d’un texte, et que de multiples questions de paternité se sont posées, lorsqu’après son passage, l’auteur originel ne retrouvait plus son propre document. Et dans le cas de l’édition de cette revue, Dickens, qui servait d’éditeur, aurait semé le doute et la confusion dans l’esprit de plusieurs chercheurs. (via Independent)

 

Le Telegraph propose d’ailleurs de découvrir cet article, à cette adresse.


Pour approfondir

Editeur : Folio
Genre : poche medecine
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782070448920

La maison du docteur Blanche ; histoire d'un asile et de ses pensionnaire, de Nerval à Maupassant

de Laure Murat

En 1821, le docteur Esprit Blanche fonde une maison de santé, un asile d'un genre nouveau, établi sur le modèle d'une pension de famille. De cette initiative va naître l'une des institutions les plus célèbres d'Europe, refuge de la génération romantique et de Gérard de Nerval en particulier. Elle abritera les vertiges de Charles Gounod, la mélancolie de la famille Halévy, les crises d'hystérie de Marie d'Agoult. Théo Van Gogh en sera l'un des derniers patients avec Guy de Maupassant. Laure Murat nous révèle l'aventure d'un lieu sans équivalent dans l'histoire de la psychiatrie et explore, à partir d'archives inédites, les rapports entre la création et la folie.

J'achète ce livre grand format à 8.50 €