À La Grande Librairie, la sélection se fait en fonction des “coups de coeur”

Antoine Oury - 15.04.2019

Edition - Société - grande librairie emission - grande librairie auteurs invites - grande librairie petition


Une pétition mise en ligne il y a quelques semaines demande un peu plus de diversité dans la sélection des livres mis en avant dans l'émission hebdomadaire de François Busnel et son équipe, La Grande Librairie, diffusée sur France 5. Livres et invités, assure la pétition, sont trop souvent issus de maisons d'édition appartenant à des groupes éditoriaux.

François Busnel, animateur de La Grande Librairie


La pétition mise en ligne il y a quelques semaines évoque les auteurs invités par La Grande Librairie : « Je suis un téléspectateur qui regarde depuis longtemps et très souvent l'émission La Grande Librairie qui passe le mercredi soir à 20h50 sur France 5 et je remarque qu'elle invite les auteurs des grandes maisons d'édition et très rarement des moyennes et petites maisons d'édition », indique Éric Dubois, à l'origine de l'initiative.

Pour en avoir le cœur net, nous avions repris dans un précédent article la liste de tous les invités de La Grande Librairie, en nous appuyant sur les programmes envoyés par France 5, pour établir un relevé des auteurs et de leurs maisons d'édition.

Et les chiffres semblent effectivement aller dans le sens de l'analyse proposée par la pétition : entre le 9 janvier et le 3 avril 2019, les groupes éditoriaux rassemblent 48 invités sur 56, soit 85 % des invités, contre 8 invités dont les livres sont issus de 7 maisons d'édition indépendantes (dont une coédition).

Comme nous l'avions précédemment souligné, les statistiques ne doivent pas non plus tordre le bras à la réalité : si La Grande Librairie invite au moins un auteur « célèbre » par émission, c'est d'abord pour pouvoir rivaliser avec les programmes des autres chaines et attirer l'audience. Et il faut reconnaitre à François Busnel et à son équipe la capacité de toujours accompagner la venue d'un auteur « célèbre » par celle d'un confrère ou d'une consœur moins connue.

Et la prédominance des groupes d'édition comme Madrigall, Hachette, Média-Participations, Editis ou encore Albin Michel peut aussi s'expliquer, de son côté, par l'intense concentration dont est victime l'édition française.

La publication de notre article a suscité beaucoup de commentaires, certains défendant une émission parmi les dernières à porter sur la littérature dans le paysage audiovisuel français quand d'autres se plaignent de l'absence de variété parmi les invités ou parmi les genres littéraires abordés. Depuis plusieurs années, l'émission essuie en effet des critiques quant à la représentation de la littérature jeunesse, de la bande dessinée ou encore de la poésie.
 
Contactée, Fabienne Abbou, Chargée de la médiation des programmes de France Télévisions, nous précise que « François Busnel et son équipe lisent eux-mêmes les livres qui sont édités et font leur sélection en fonction de leurs coups de cœur, de l’équilibre des invités, de la correspondance du thème du livre par rapport à la thématique de l’émission ».

L'équipe de l'émission a été informée de la pétition et de nos questions sur la programmation.


Commentaires
Ce qu'il a avec la GL, c'est qu'on a l'impression d'être coincé entre un rayon de Cultura sur la résilience et le développement personnel et un rayon de la FNAC des années 80 sur la littérature germano gratine pur jus avec une pincée d'épices de roman étranger (américain de préférence). Bref on assiste à la mort du p'tit cheval en direct chaque semaine. On balance son auteur américain "génial" qu'on inscrit dans une émission autour de trois amis maîtres de la sagesse (plus chiants les uns que les autres). C'est juste une émission pour retraités, une poignée de jeunes bobos intellos parisiens, et le tout venant des badauds des grandes surfaces dont je suis. Le livre meure de tout ça. Du manque de talent, du manque de courage, de l'avidité des grands groupes, de la baronnite aigue des gens de télé, de toute cette soupe rance dont personne ne veut, mais qui fait quand même son audience vu que y'a rien d'autre à se foutre sous la dent. Triste époque. La GL est à l'image du secteur de l'édition : Elle se prostitue pour tenter de survivre. Mais c'est une vieille prostituées qui fait pitié et n'attire plus le désir à elle. Sa dérive vers le rayon d'une grande surface est mortelle. Le piano, la starification, et ces pauvres librairies résistantes du fin fond du pays qui font pitié. Tout ça est triste et sans goût.
Si « François Busnel et son équipe lisent eux-mêmes les livres », encore faut-il qu’ils ne les sélectionnent pas avant. Mon attaché de presse a envoyé un livre avec recommandation circonstanciée sur le fond et la forme, mais mon roman, Un goût de terre dans la bouche, n’a pas été ouvert, et je suis loin d’être un cas isolé. Il en reçoit des dizaines, des centaines, certes, je ne suis pas niais, mais il suffit de lire la programmation pour comprendre.

Madrigal et consorts, une concentration de l’édition, justement, c’est l’occasion de montrer au plus grand nombre qu’il existe une vraie diversité littéraire chez les indépendants.

Il est vrai qu’un « tête de gondole » attire la foule, les Salons du livre en sont la caricature, mais je me souviens des propos de F. Busnel en 2008, au lancement de la LGL : « Chaque jeudi, François Busnel propose et présente la nouvelle émission littéraire de France 5 La Grande Librairie. En public et en direct, c’est toute l’actualité littéraire qui est au rendez-vous de ce magazine. En plateau, quatre écrivains, français ou étrangers, des plus médiatiques aux plus méconnus, seront présents afin de partager leur passion du livre. »

Quelle place les « plus méconnus » ont-ils eue ?

C’est en entretenant l’aspect people et meilleures ventes dans une émission telle que la LGL que le public se lasse et s’appauvrit. M. Busnel aurait eu plus de panache en sortant des autoroutes commerciales du livre, sa parole aurait bien plus de portée littéraire s’il avait fait ce qu’il avait promis, faire découvrir les pépites que recelent les « plus méconnus », mais il a choisi la portée commerciale et financière.

Il rejoint la kyrielle d’animateurs de divertissement qui se pavanent devant des têtes connues pour prendre de l’importance… de quelle notoriété souhaitons jouir, chacun sa réponse et son ambition…
C'est un mauvais procès qui est fait à la Grande Librairie, une des seules émissions qui promeut la littérature. Il est faux de dire que les auteurs inconnus ne sont jamais invités, l'excellent Joseph Ponthus des éditions de La Table Ronde en étant un beau contre-exemple récent.

Plutôt que de taper sur ceux qui défendent déjà la littérature, pourquoi ne pas s'attaquer à ceux qui ne le font pas du tout ? Faites plutôt une pétition pour que Hanouna invite les auteurs des petites maisons d'édition dans son émission par exemple !
J’ai principalement souligné le manque de respect de l’annonce faite au démarrage. Le Bateau livre arrivait bien à ouvrir ses micros à des auteurs peu connus, issus de petites maisons. Et ce n’est pas parce qu’il y a peu d’émissions qu’on n’a pas le droit de dire ce que de plus en plus de monde pense.



Tant mieux pour Ponthus, comme il y a eu André Bucher (Le Mot et le reste, qui est vraiment indépendante). Mais nous sommes là dans les exceptions qui confirment la règle.

Concernant La Table ronde, on est loin de la petite structure puisque, d’après ce qu’on peut lire sur Wikipedia :

« En 1975, Gallimard, qui ne parvenait pas à prendre le contrôle de cette maison, revend ses parts à Gwenn-Aël Bolloré […] Dans les années 1980, c’est la maison Grasset qui prend la majorité des parts. Via son oncle, Gwenn-Aël Bolloré, Vincent Bolloré devient l’actionnaire majoritaire et injecte des capitaux, puis il revend ses parts à Alain Lefebvre en 1992. »

Nous sommes donc dans le schéma financier et la force de frappe commerciale, donc la porte ouverte dans les médias influents.



Quant à Hanouna, quel écrivain qui se respecte voudrait aller chez lui ?

J’ai refusé d’aller chez Ardisson dans la rubrique « l’invité du 20 h » où l’animateur se concentrait sur la facette la plus pathos possible en déformant les propos et en ignorant livre. 5 ans après, ils appellent la maison d'édition pour savoir s'il n'y a pas un sujet bien gras à proposer…
Vous avez compris que j'étais volontairement provocateur en parlant d'Hanouna. Malgré tout, je pense que quitte à se battre et y mettre de l'énergie, autant mener un combat qui hisse haut la grande littérature auprès du grand public, beaucoup plus large que celui de LGL, plutôt que de se livrer une petite guéguerre entre amoureux de la littérature qui ne fera que les diviser et ne bénéficiera à personne.

Si mes chiffres sont bons, 492 ouvrages sont sortis à la rentrée 2019, succédant aux 567 parutions de l'automne 2018. Face à ce gigantesque raz-de-marée, forcément, l'équipe de LGL doit passer à côté de bons auteurs, et on ne peut leur en jeter la pierre. Tout le monde ne peut être invité, il y aura forcément beaucoup de déçus. Ils ne vont pas non plus appeler un auteur inconnu dont ils n'ont pas apprécié la lecture, juste parce qu'il est d'une petite maison d'édition.

La part des auteurs invités représentant des petites maisons d'édition n'est pas insignifiante, d'après un précédent article d'Actualitté, mais c'est vrai que les "gros" y sont très largement représentés. Personnellement, je serais heureux de découvrir plus d'auteurs non médiatisés dans cette émission, mais comme cela a déjà été dit, il faut comprendre qu'en dehors des fidèles purs et durs, l'audience repose sur une partie variable des téléspectateurs qui seront sensibles ou non aux têtes d'affiches. Pas de grands noms, moins de téléspectateurs, donc moins d'audience, ce qui impliquera l'arrêt de l'émission en prime-time, et au final c'est la littérature qui y perdra.

LGL fait ce qu'il faut pour survivre dans le monde impitoyable de la télé, et réussit malgré tout (!) à produire du contenu de qualité. Et en plus d'être obligés de jouer avec ces règles de la télévision, l'équipe de LGL doit faire face à cette polémique.

De l'énergie gâchée pour tout le monde, au final.
Malgré tous les fâcheux,je persiste et signe....La GL est un moment privilégié de la semaine où je découvre des auteurs jeunes et étonnants,de grands ecrivains francais ou étrangers que je suis avec plaisir.Des thématiques intéressantes servies par des auteurs variés et de tous horizons...Bravo François Busnel!

Quant "mécontents" qu'ils créent leur concept....Bonne chance....
Grace à cette emission je dėcouvre des auteurs contemporains,je ne rate Jamais cette ėmission qui est la seule sur la littėrature.

J'apprėcie ėgalement beaucoup les interviews de François Busnuel aux US, j'ai dėcouvert Philippe Roth que je ne connaissais pas (ignare que je suis!).
Ce qui me plaît dans cette émission : les interviews sur place des talents américains et sud-africains et les coups-de cœur de FB.
Comme déjà dit sr un commentaire, le niveau de l émission a baissé ces derniers mois, victime manifestement de l audimat, loin des grands espaces américains d une époque un peu revolue iu j avais fait de belles rencontres...
Je suis nostalgique de l'âge d'or de la GL avec ces virées américaines épiques à travers le pays aux mille coutures. Y'avait du souffle, du panache, du sel. La littérature respirait à pleins poumons.
Je suis triste de voir tant de gens se plaindre. Connaissez-vous beaucoup de pays où on propose un programme littéraire sérieux chaque semaine, à une heure grand public, sur une chaine principale de télé ? Profitez-en donc.
Donc on devrait être content, béatement content comme un troupeau de vaches au passage du train. Tout va bien dans le meilleur des mondes c'est ça. Y'a pire ailleurs de quoi vous plaigniez-vous, nantis ! Ben non, c'est pas une émission littéraire confortable et de bisounours qu'on veut. La littérature c'est pas un salon confortable où on discute entre experts de résilience ou de sagesse orientale. Ca c'est bon pour les salons de bien-être et les stages de relaxation dans le Vexin. Relisez Kafka, Faulkner ou Céline. C'est pas une émission littéraire ça, mais une émission culturelle avec des livres. En même temps il en faut pour tous les goûts d'accord. Mais justement, pour tous les goûts, et le goût d'une littérature intranquille en est un. Cette émission est à 80% (sauf coups de coeur et voyages aux Amériques) à l'image du monde éditorial : confinée, propre sur soi et suicidaire.
Quand on ne se retrouve pas dans une émission, on a la liberté de ne pas la regarder, mais on n'a pas à exiger qu'elle change pour faire plaisir à seulement quelques personnes (1500 signataires d'une pétition pour changer une émission de plus de 500 000 téléspectateurs quand même, que fait-on pour les 498 500 autres ?).

Cette polémique laisse entendre que dans tout le paysage audiovisuel, cette émission semble être la seule qui mériterait d'être changée. Les autres doivent être sacrément bonnes ! Comme Antigone le dit dans un message plus haut, si vous avez certaines attentes et si vous êtes aussi persuadés qu'un nouveau concept fonctionnerait, lancez-vous et créez-le !
Pour mon plus grand bonheur, je viens de voir la GL du 17 avril sur Notre Dame de Paris.

Une splendeur avec des intervenants aussi différents qu'intéressants, tous ces textes inspirés de Victor Hugo, Théophile Gauthier, Baudelaire, Sylvain Tesson, François Cheng et Ken Follet

Quelle splendeur que l'écriture lorsqu'elle vos élève à la hauteur de la Flèche de Notre Dame!!!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.