À la médiathèque d'Aubagne, “nous avons laissé les étagères vides”

Antoine Oury - 21.09.2018

Edition - Bibliothèques - Aubagne mediatheque - bibliotheque Aubagne - Aubagne


Dénonçant l'absence de budget pour les acquisitions de livres, les membres du personnel de la médiathèque d'Aubagne se sont réunis ce mercredi 19 septembre à l'occasion d'un débrayage, de 10h à 12h. Soutenus par des lecteurs et des collègues d'autres services, ils ont pointé du doigt « le mépris » de la mairie, qui aurait depuis pris des mesures pour le budget de l'établissement.


Devant la médiathèque d'Aubagne, ce mercredi 19 septembre (via Médiathèque d'Aubagne en danger)


 

Ce mercredi 19 septembre, toute l'équipe de la médiathèque, y compris sa directrice, est devant l'établissement, accompagnée de lecteurs et collègues, pour un petit-déjeuner et un moment d'information sur la situation de la médiathèque. Quelques jours auparavant, le syndicat CGT dénonçait l'absence de budget d'acquisition pour cette rentrée littéraire 2018 et donc des achats d'ouvrages impossibles.

 

« À chaque fois, pour qu'on daigne répondre à nos demandes, il faut en passer par là, par deux heures de débrayage » entend-on dans les rangs, où l'on voit dans l'attitude de la mairie du « mépris ». Financé pour moitié par la ville et pour moitié par la Direction régionale des affaires culturelle Provence-Alpes-Côte d'Azur, le budget d'acquisition de 80.000 € n'était pas disponible en cette rentrée 2018.

 

Du côté de la DRAC, comme l'indiquait ActuaLitté, aucune demande de subvention n'avait été déposée pour l'année 2018. Et la ville n'a toujours pas versé sa part, soit 40.000 € malgré le vote du budget en décembre 2017. « Nous avons laissé les étagères vides : nous n'avons pu acheter aucun ouvrage de la rentrée littéraire et les abonnements aux périodiques ont été arrêtés », explique Marinette Volpini, bibliothécaire syndiquée à la CGT.

 

« On alerte sur la situation depuis mars », affirme-t-elle, « mais nous n'avons aucune réponse, même la directrice ne sait pas ». Dans le journal La Provence, le maire d'Aubagne Gérard Gazay (Les Républicains) affirme que les inquiétudes relèvent d'un « non-événement, il n'y a pas de sujet. Qui a intérêt à faire croire que la municipalité ne tient pas ses engagements ? », interroge-t-il. « Le budget est en cours d'exécution, et les bons de commande sont à la signature », affirme de son côté l'adjoint à la culture, Philippe Amy.

 

Des explications balayées par l'équipe de la médiathèque : « On nous a fait refaire les bons d'engagement après nous avoir dit qu'ils étaient en cours de signature. Les autres ont été perdus ou détruits, tout simplement. Quant à la demande de subvention à la DRAC, elle a été envoyée ces jours-ci », affirme-t-on du côté du personnel.

 

Inquiétudes pour l'avenir

 

L'absence de nouveautés se fera ressentir au cours du festival du livre jeunesse, Grains de Sel, qui se déroulera dans quelques semaines à Aubagne. « En clair, de toute façon, les nouveautés vont être en rayon en novembre, au mieux, car le catalogage et le traitement des documents va nous demander du temps alors que nous sommes déjà débordés. » Le syndicat CGT avait déjà déploré le non-remplacement d'un bibliothécaire décédé il y a quelques mois.

 

Selon l'accord signé il y a 3 ans, la DRAC et la ville devaient apporter chacune 100.000 € sur 3 ans à l'établissement, soit 20.000 € chacune la première année et 40.000 € chacune les deux années suivantes. « L'année prochaine, il n'y aura plus d'accord avec la DRAC, que va-t-il se passer ? Ici, on se demande vraiment quelle est la politique culturelle de la ville... »

 

Petit guide pour éviter qu'un élu
ne ferme votre bibliothèque

 

Au-delà de la question des acquisitions, les bibliothécaires dénoncent la faiblesse des moyens accordés à la médiathèque pour les actions culturelles. « La Destrousse, une commune de 3000 habitants pas très loin d'Aubagne, reçoit 2500 € par an pour des actions culturelles. Ici, à Aubagne, le budget s'élève à 2100 € pour 46.000 habitants. Et cette année, nous n'avons reçu que 400 € », dénonce une médiathécaire.

 

Une pétition a été mise en ligne par des lecteurs sur Change.org.




Commentaires

Les bibliothèques sont de plus en plus importantes et ont un rosé essentiel aujourdhui (partage,culture, savoir, formation, echange,... Tous ces mots que les élus prennent plaisir à répeter à la construction d'une bibliothèque pour les oublier ensuite). Ne négligez pas vos bibliothèques et leurs employés !!

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.