Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

À Livre Paris, François Hollande fait ses adieux au monde du livre

Antoine Oury - 23.03.2017

Edition - Société - François Hollande livres - salon livre Paris - président lecture livres


La visite de François Hollande quelques heures avant l’inauguration du salon Livre Paris s’est déroulée dans une ambiance très calme. Sans foule ni visiteurs, seuls les journalistes et quelques professionnels se retrouvaient présents. 

 

François Hollande au salon Livre Paris 2017

Antoine Gallimard, Vincent Montagne et François Hollande à Livre Paris 2017

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

C’est ce même président qui, en mars 2013, assurait devant un parterre de libraires, éditeurs et auteurs, que « chacune et chacun d’entre nous a une dette envers les livres ». Pour son dernier déplacement à la manifestation de la Porte de Versailles, François Hollande rendait certainement un ultime hommage à cet objet de lecture.

 

Le livre, comme objet, oui, parce qu’il demeure un « matériau sur lequel on travailler, s’appuyer, garder... Cela reste, pour les générations nouvelles un formidable accès ». À condition que l’Europe ne vienne pas mettre des bâtons dans les roues des éditeurs lui glisse-t-on lors de son passage. « L’Europe, oui, on en parlera... », garantit le président.   


La visite du salon, les livers papiers aidant, voilà que l’on parle de librairie indépendante. Le président du Syndicat de la librairie française, qui se remet manifestement très bien de la non-acquisition des établissements Sauramps, intervient.

 

Selon lui, le quinquennat de François Hollande, depuis le premier mandat de François Mitterrand, a été le plus bénéfique à la librairie.

 

François Hollande au salon Livre Paris 2017

François Hollande et Vincent Monadé, président du CNL (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

« Les libraires elles-mêmes se sont transformées », souligne François Hollande. Devenus « acteurs publics plus que jamais », les libraires « n’ont pas changé de métier, ça a toujours été celui-là ». Et de noter qu’il y a eu « plus de soutien, plus d’accompagnement, plus d’accueil du jeune public. Enfin : il y a plein de choses dans les librairies ».

 

Pas de visite sans cadeau !

 

La visite, c’est aussi l’occasion de se faire offrir quelques ouvrages, et les différentes maisons ne se font pas prier pour présenter leurs plus beaux atours.

 

Ainsi, chez Dupuis, on offre Gaston, au-delà de Lagaffe, album qui accompagne l’exposition actuellement présentée à la BPI, pour les 60 ans du héros sans emploi. Actes Sud ne peut manquer l’occasion : le roman de Kamel Daoud atterrit illico dans les mains présidentielles.

 

Arrivé aux éditions Gallimard, c’est Noël : Torreton, Onfray, La divine comédie de Tchakaloff, Culottées de Pénélope Bagieu ou encore le livre de Tahar Ben Jelloun. Le président s'arrêtera longuement, aussi, sur le stand du groupe Humensis.

 

Destituer le président Hollande pour un livre de confidences, vraiment ? 

 

Plus pragmatiques, les éditions du Seuil donnent un exemplaire de Histoire mondiale de la France, et Humensis offre un livre de Michel Serres... Et parce que certains connaissent le goût du président pour le football, c’est le livre d’Antoine Kombouaré, ce footballeur kanak, qui lui est remis.

 

Évidemment, le président s'arrêtera aussi sur le stand du Centre national du livre, du Maroc, pays invité d'honneur, et aussi celui de l'émirat de Charjah, pour rencontrer son Altesse le Cheikh Dr. Sultan Bin Mohammed Al Qasimi. Au rayon diplomatie, un arrêt s'imposait aussi sur le stand de Conakry (République de Guinée), capitale mondiale du livre en 2017.

 

François Hollande au salon Livre Paris 2017

François Hollande et le Sultan Bin Mohammed Al Qasimi

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Omnibus sera probablement la maison qui a fait preuve du plus d’humour, en offrant le livre 200 pensées à méditer avant d’aller voter, qui vient de sortir. À quelques semaines des élections, le président y trouverait-il de précieux conseils ?