À Londres, les lecteurs stressés pratiquent la bibliothérapie

Clément Solym - 22.09.2008

Edition - Société - thérapie - livres - stresser


Pour ceux que la pression du monde moderne accable, un groupe d'auteurs, réunissant entre autres Alain de Botton, a mis en place une thérapie par le livre, à Bloomsbury, le centre névralgique londonien de la littérature.

Dans cette boutique, on ne trouve que 55 titres ; chacun offre pourtant des prescriptions pour déstresser et s'épanouir. Tout le rez-de-chaussée est consacré à la lecture et la détente, pour que le visiteur se sente à l'aise et, comme dans un sanctuaire, puisse se centrer sur lui-même.

« Les gens qui viennent ici veulent parler de sujets qui les obsèdent en permanence, depuis leur travail à leur famille », explique Sophie Howarth, la conceptrice de l'ensemble, qui, à 33 ans, a souhaité réaliser ce lieu. Pour elle, la librairie est comme « un apothicaire culturel », distribuant des remèdes ou des conseils. De nombreux ouvrages mis à disposition traitent des cinq sujets essentiels : le travail, le jeu, la famille, la politique et l'amour. Et plusieurs auteurs sont présentés, pour offrir des points de vue différents.

La semaine, on peut acheter une boîte-cadeau intellectuelle, pour 50 £, qui propose, selon une liste établie par le client d'inquiétudes, un choix de six livres, et un justificatif du choix, pour accompagner le lecteur. Un programme d'accompagnement téléphonique ou par email coûtant également 50 £ est mis en place, pour parler des habitudes de lecture, mais aussi conseiller des alternatives.

Un programme pas si éloigné de ce que certains thérapeutes avaient tenté en préconisant à leurs patients la lecture de L'élégance du hérisson...