À Provincetown, la bibliothèque devient maison d'édition numérique

Antoine Oury - 13.03.2013

Edition - Société - bibliothèque publique - maison d'édition numérique - Provincetown


La bibliothèque de Provincetown, dans le Massachussets, inaugure ces jours-ci sa branche consacrée la publication numérique, qui s'adressera à une douzaine d'écrivains impatients de tester ces nouvelles conditions de distribution. Bien entendu, les échanges commerciaux sont exclus de cette initiative, qui semble bien constituer une première aux États-Unis, rapporte le Cape Cod Times.

 

 

Let's digitize!

xmacex, CC BY-SA 2.0

 

 

En effet, les bibliothèques de prêt ont rarement tenté l'expérience : certaines, souvent universitaires, ont fini par proposer des services de publication numérique, mais généralement réservés aux seules publications numériques. « Nous n'avons vu cela nulle part ailleurs. Il y a quelques bibliothèques qui commencent à imprimer des exemplaires papier à la demande, mais aucune n'a choisi le numérique » affirme Cheryl Napsha, la directrice de l'établissement.

 

Une douzaine d'écrivains et d'artistes seront bientôt reçus pour un cours de création d'ebook, et devront fournir un travail prêt à être édité avant le 30 avril et au préalable d'une sélection réalisée par les bibliothécaires et des artistes locaux. Fort heureusement, l'argent n'entre pas encore dans les comptes, et l'établissement propose ce service gratuitement (la mise pour les auteurs sera inférieure à 100 $) grâce à une donation de 3000 $ : chaque créateur conservera la totalité des droits sur son oeuvre, et sera libre de la partager gratuitement comme de la commercialiser via iTunes, Amazon ou tout autre revendeur. La filiale Provincetown Public Press laissera ainsi toute latitude à ses premiers auteurs...

 

La conversion ne se fait pas seulement à des fins de formation : elle permet aussi de rappeler l'impatience des établissements vis-à-vis de la lecture numérique. Si presque tous les Big Six (six plus grands éditeurs américains) prêtent désormais leur catalogue, les conditions d'utilisation sont encore largement défavorables, voire restrictives pour les clients et les bibliothécaires.

 

Et alimenter soi-même son catalogue numérique, ça le fait ?