medias

Depuis des années, les auteurs n’y croyaient plus. Qui viendrait remettre de l’ordre dans le chaos de leurs conditions de travail ? Quel arbitre mettrait fin aux abus de toutes sortes ? Dans le naufrage, le rapport Racine prenait des airs de radeau miraculeux. Tout s’y trouvait pour changer les règles d’un jeu dans lequel l’auteur est celui qui perd. Moralité ? Retour à la case départ.


vers où va-t-on ? pixabay licence

 
Première mesure tant attendue : les élections professionnelles réclamées à cor et à cri. Sans cette étape, rien de possible. Le rapport Racine était clair : il est temps de clarifier la représentation professionnelle qui est aujourd’hui flottante, faible ou trop contestée.

L’idée ? Comme dans toutes les professions, des syndicats élus démocratiquement avec des critères objectivables. Fini l’opacité ou les auteurs nommés en leur nom propre dans les instances décisionnaires. Quoi de plus logique que d’appliquer enfin le Code du travail pour des personnes qui travaillent ? 
 

Il était une fois...


Retour vers le futur : la gouvernance de l’AGESSA est suspendue depuis 2014. Les artistes-auteurs ont donc perdu le contrôle de leur régime de sécurité sociale. Il faut dire que l’ancienne gouvernance était comme qui dirait... curieuse. Avec seulement 1,1 % de contribution sociale, on trouve le SNE aux commandes dans le bureau ! Et dans ce même bureau, aucune des organisations professionnelles que connaissent les auteurs du livre.
 

La solution proposée était pourtant simple. Des élections professionnelles, comme dans toutes les professions. Une demande formulée par une dizaine de syndicats à plusieurs reprises par courriers. Souhait exaucé ? Oui et non. Dans les mesures du ministre, les élections professionnelles sont fixées à... fin 2021. Pendant ce temps ? Statu quo.

Mais l’idée que les artistes-auteurs eux-mêmes reprennent la gouvernance de leur régime ne faisait pas l’unanimité, loin de là. Si certaines organisations professionnelles ont clairement affiché la couleur en réclamant le retour à la démocratie, d’autres se sont fendues d’un courrier secret tenu loin des instances de discussions communes. La demande ? Surtout pas d’élections professionnelles ! Maintenir l’existant et continuer les nominations opaques et sans critères des Ministères.




Une analyse rapide des signataires de ce courrier discret démontre la problématique de dépendance soulevée par le rapport Racine. On y trouve des sociétés de gestion collectives et des associations et syndicats financés par certaines des sociétés privées agréées par le ministère de la Culture. Une rapide comparaison avec le conseil d’administration de l’AGESSA ou ses membres fondateurs, fait aisément ressortir les sigles des uns et des autres. 

© Witko
 
L’AGESSA semble maintenue de ces fonctions malgré le scandale qui vient d’exploser sur le non-recouvrement des cotisations durant 40 ans. Dans son discours, le ministre affirme : « Je souhaite que nous puissions achever la fusion de l’AGESSA et de la Maison des Artistes avant la fin de l’année 2020. »

Une décision prise par qui, alors ? Les ministères et pas les auteurs ? Puisque d’ici là, pas d’élections professionnelles, pas de gouvernance... Retour à la case départ, la messe est dite et pour l’heure, le changement semble loin, très loin...


Commentaires
Merci à Actualitté de continuer de porter ce débat essentiel.



Il ne faut pas se décourager. Il était évident que quasiment rien n'allait sortir de très concret du rapport Racine, je l'annonçais dans un post début février sur Actualitté en réaction à un article sur le sujet. C'est normal. Croire qu'on allait être compris, et que ça allait changer sur la base d'un rapport, c'était être naïf. C'est mal connaître nos interlocuteurs.



Ce qu'il faut croire, c'est qu'un combat commence qui finira par porter ses fruits. Nous nous fédérons de plus en plus, la Ligue des Auteurs professionnels change beaucoup la donne depuis qu'elle s'est créée (je ne parle pas en son nom, je n'en suis qu'un membre lambda). Les choses finiront pas avancer, mais seulement, malheureusement, par le renforcement de ce rapport de force. Il nous faut trouver des modes d'action et refuser de nous taire.
Rapport Racine : radeau des médusés.es
Faire une affiche du "radeau des médusés.es" avec les acteurs les plus "bancable" de la Ligue des Auteurs professionnels qui croisent les bras et font la "grève des manuscrits" jusqu'à preuve du contraire (slogan)...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.