À quand le poème du jour dans la livraison quotidienne du Parisien ?

La rédaction - 07.05.2015

Edition - Société - poséie société - poètes lecture - médias librairies


En mars dernier, le poète Éric Dubois diffusait largement une pétition appelant à une plus grande présence de la poésie dans les médias, les librairies, les bibliothèques. « En France, la poésie a longtemps été considérée comme un genre majeur de la littérature, mais depuis quelques décennies elle souffre d'un manque de visibilité dans les grands médias », remarquait-il. 

 

 

Le Chat noir

ActuaLitté, CC BY SA 2.0 

 

 

Avec maintenant 838 signatures, la pétition suit son bonhomme de chemin, et Éric Dubois relance cet appel. « Non, la poésie ne s'adresse pas à une élite, oui, elle s'adresse à tout le monde. Elle est chant permanent du quotidien, langage de toutes les aventures humaines. » Il nous fait parvenir un texte pour relancer la discussion.

 

Est-ce que les médias ont peur des poètes ? On peut se poser la question. Pourtant, les poètes n'ont pas peur des médias. Ils affirment leur existence de plus en plus, dans certains festivals et salons littéraires et à l'occasion du Printemps des Poètes. Faut-il en conclure que tout va bien pour eux ? 

 

Oui, leurs voix dans les scènes ouvertes, les récitals de poésie, les lectures attirent du monde, cependant, les poètes souffrent des tirages confidentiels de leurs livres, conséquence du manque de visibilité des poètes et de la poésie contemporaine dans les grands médias. Il n'y a que sur le Web qu'ils savent retirer leur épingle du jeu, vu la multiplicité des revues poétiques et des blogs d'auteur, mais est-ce suffisant ? 

 

À quand le poème du jour dans la livraison quotidienne du Parisien ? À quand la minute ou l'heure poétique sur les grandes chaînes de la Télé, à la radio ? On pourrait être innovant et inventif dans ce domaine, prendre des risques pour une fois. Laissons parler la poésie, laissons parler les poètes, écoutons-les en faisant fi des préjugés.

 

Je suis à l'origine de la pétition lancée début mars pour essayer de sensibiliser les médias, à ce sujet. La pétition a le soutien des écrivains, journalistes et poètes : Laurence Biava, Gaston Bellemare, Marilyne Bertoncini, Ismaël Billy, Patrice Breno, Jean-Claude Caillette, Sophie Chauveau, Julien Cendres, Josyane de Jesus-Bergey, Paul de Brancion (membre de l'Union des Poètes & Cie), Suzanne Dracius, Chantal Dupuy-Dunier, Brigitte Gyr (membre de l'Union des Poètes & Cie), Martine Gabrielle Konorski, Mathias Lair (membre de l'Union des Poètes & Cie), Barnabé Laye, Agnès Leglise, Jean-Pierre Lesieur, Léon-Marc Levy, Jean-Yves Masson, Ahn Mat, Martine Morillon-Carreau, Roland Nadaus, Angèle Paoli, Emmanuel Pierrat, James Sacré, Hélène Sanguinetti, Dominique Sorrente, Marlène Tissot, Vincent Tholomé, Pierre Vavasseur, Jacques Viallebesset... le soutien d'artistes, musiciens et comédiens : Claude Mercutio, Eduardo Pisani. Marie Volta... le soutien d'éditeurs et d'associations : les éditions Éclats d'encre, l'Union des Poètes & cie...

 

Début mai, nous récoltons plus de 800 signatures, écrivains, artistes connus ou moins connus, mais aussi des anonymes, des amateurs de poésie, des lecteurs lambada, des enseignants, mais aussi des gens de toute origine sociale et de toute profession. Bientôt 1000 signatures... 2000... 3000 ? Espérons-le !

 

Éric Dubois, poète