À Rouen, Audrey Azoulay ouvre les bibliothèques aux dimanches

Nicolas Gary - 15.04.2016

Edition - Economie - Audrey Azoulay - librairies indépendantes - ouverture dimanche bibliothèques


Les marchés publics et les bibliothèques sont au cœur du déplacement d’Audrey Azoulay. La ministre de la Culture s’est rendue à Rouen où elle doit rencontrer, dans sa librairie L’Armitière, Matthieu de Montchalin. Le président du Syndicat de la librairie française s’est par ailleurs entretenu avec la ministre, saluant une avancée importante dans la législation en faveur des libraires indépendants.

 

François Hollande et Audrey Azoulay à Livre Paris

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Elle tient à se déplacer dans les librairies et les lieux du livre, chaque fois que c’est possible », explique-t-on au ministère. Audrey Azoulay n’a en effet pas dérogé à la règle et comme elle l’avait fait à Clermont-Ferrand, en se rendant à la librairie Les volcans, la voici à L’Armitière de Rouen.

 

Venue parler de livres, un peu, la ministre de la Culture avait surtout deux sujets majeurs à évoquer. Tout d’abord, c’est le décret du 25 mars 2016 portant sur le montant des marchés publics : pour les ouvrages non scolaires, le seuil de procédure a été passé de 25.000 € à 90.000 €. De la sorte, les collectivités sont dispensées des mesures de mise en concurrence et de publicité. 

 

Les marchés publics non scolaires représentent une part significative du chiffre d’affaires des librairies, en moyenne 13 % pour les librairies générales et jusqu’à 30 % pour les librairies spécialisées, rappelait le SLF. Et avec l’appui du ministère de la Culture, le syndicat est parvenu à ses fins. « C’est un accès plus facilité pour les librairies, avec une implication locale plus grande », nous indique la rue de Valois. De quoi encourager les collectivités à solliciter les commerces de proximités et accorder aux librairies un nouveau souffle ? 

 

Ouverture dominicale des bibliothèques, le plan d'action

 

L’autre grand sujet à évoquer était l’ouverture des bibliothèques le dimanche. Alors que l’Éducation nationale a débloqué près de 13 millions € pour ouvrir les établissements universitaires de prêts le dimanche, les solutions pour les bibliothèques se faisaient attendre. 

 

Indépendamment du plan bibliothèques initié par Najat Vallaud Belkacem, mais s’inscrivant dans la même dynamique, on se penchera avec attention sur le décret d’application du 8 avril

 

Ce dernier évoque les aides que l’État pourra accorder aux collectivités territoriales et plus spécifiquement « la dotation générale de décentralisation pour les bibliothèques afin de prendre en compte les projets d’extension ou d’évolution des horaires d’ouverture des bibliothèques ».

 

Autrement dit, permettre à l’État « de soutenir en partie les frais de fonctionnements des bibliothèques pour rendre effective l’ouverture le dimanche ». Les établissements municipaux et départementaux, ainsi que leurs annexes sont éligibles, avec une enveloppe débloquée pour une période de cinq années maximum. 

 

Selon le décret, les établissements se verront donc rembourser une partie de leurs crédits selon que l’affectation de l’équipement est modifiée ;

  • à l’expiration d’un délai de deux ans à compter de la notification de l’aide, la commune, l’établissement public de coopération intercommunale ou le département bénéficiaire n’a pas engagé un montant de dépenses au moins égal au montant de l’aide attribuée ; 
  • le projet d’extension ou d’évolution des horaires d’ouverture bénéficiaire de l’aide ne répond pas au critère ayant justifié l’attribution de l’aide dans les deux ans suivant sa notification. 

 

Par ailleurs, on ne parlera plus de subvention pour ce fonctionnement, mais de crédits.

 

« Jusqu’à présent, l’État pouvait participer aux dépenses d’investissements des établissements de prêts, mais pas aux dépenses de fonctionnement. Cette réforme rend les bibliothèques éligibles aux aides qui leur permettront d’assurer leur fonctionnement pour garantir une ouverture dominicale aux usagers », indique la ministre.

 

Un autre aboutissement, donc, que l’Association des Bibliothécaires de France ne manquera pas de saluer. Depuis longtemps, l'ABF est favorable à l'élargissement des horaires d'ouverture, tout en alertant sur la question des moyens à mobiliser pour ce faire. Cette ouverture dominicale fut inscrite par François Hollande dans le projet de loi de finances : « La lecture est un formidable moyen d’émancipation, de partage, d’évasion. Cette chance-là ne doit pas être un privilège », soulignait alors le président.