medias

À saisir : l'un des cinq plus grands éditeurs américains est en vente

Clément Solym - 05.03.2020

Edition - Economie - Big Five éditeurs - groupe édition Amérique - Simon Schuster USA


La Foire du livre de Londres n’aura pas lieu, mais les transactions autour des livres ne s’arrêteront pas à ce type de détail. D’ailleurs, la prochaine pourrait fort bien concerner un groupe éditorial tout entier. Le PDG de ViacomCBS, Bob Bakish, a déclaré aux investisseurs que Simon & Schuster fait l’objet d’une réflexion — en vue de la cession des activités éditoriales.

Frankfurt Book Fair 2013
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Retour dans le futur : en août 2019, la fusion de Viacom et CBS devait aboutit à un nouveau géant, cumulant média et divertissement — une sorte de Vivendi américain en somme. Et comble, le vivier de textes et d’œuvres de Simon & Schuster devait fournir une manne d’adaptations potentielles. Moins d’un an plus tard, il n’en serait donc rien. Ou bien peu.

Bob Bakish se débarrasserait d’ailleurs de la division Simon & Schuster sans trop de regret, considérant que « ce n’est pas un atout majeur. Il ne repose pas sur la vidéo. Et n’a pas de lien significatif avec notre entreprise, au sens large ». D’ailleurs, les amateurs se seraient déjà fait connaître, puisque plusieurs offres attendent sur la table que le marché se stabilise. Et ViacomCBS entamera alors les négociations.

Au cœur de la fusion, depuis l’année écoulée, la stratégie a reposé sur une parfaite intégration des différentes briques constituant le groupe. Et le streaming vidéo compte parmi les projets les plus soutenus. Le départ de Simon & Schuster, estimé selon le cabinet MoffettNathanson entre 1 et 1,5 milliard $, ne ferait qu’apporter des ressources pour abonder dans le sens de la vidéo. 
 

Un autre tremblement de terre...


Carolyn Reidy, l’actuelle PDG, a tenté de rassurer les collaborateurs dans une note, indiquant au final qu’elle n’était elle-même pas plus avancée que les déclarations du grand patron. Ou du moins, qu’elle n’était pas autorisée à en dire plus. 

L’ironie du sort est que S&S, avec des auteurs comme Mary Higgins Clark ou Stephen King, a véritablement servi de pipeline à CBS pour les contenus vidéos. Mais plus encore, le groupe éditorial, qui en 1975 avait été vendu à Gulf + Western, filiale de Paramount Pictures, fut dans un premier temps racheté par Redstone, lorsque la Paramount tomba en 1994 dans leur escarcelle. Et a fini par atterrir chez CBS Corp en 2006.

Reste alors la question qui ne rapportera rien : qui pour dépenser une telle somme ? La croissance d’Amazon en tant qu’éditeur, sur le marché américain complexifierait les hypothèses : selon toute vraisemblance, S&S aurait dû tomber dans les filets de l’un des Big Four restants. Mais nul doute que ce rachat sera, après la fusion de Penguin Random House en 2013, l’un des plus grands mouvements financiers du paysage éditorial américain.



via Variety, Publishers Weekly


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.