À Tokyo, cette librairie est payante, mais promet des merveilles

Clément Solym - 04.03.2019

Edition - Librairies - Tokyo librairie entrée - entrée payante librairie - Bunkitsu Tokyo librairie


On n’entre pas dans Bunkitsu comme dans un moulin : il en coûte 1500 ¥ (moins de 12 €), mais, avec le concept, est offert un café. Et une expérience qui se veut radicalement différente de ce que l’on connaît de la librairie traditionnelle.

Japon-librairie-livres-lecture
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (photo d'illustration)

 
« Ce que nous voulons, c’est que les gens pensent qu’ils sont dans une galerie d’art, où ils peuvent rencontrer des livres », assure Hikaru Yoshino, responsable de la communication. C’est en décembre dernier que Bunkitsu a ouvert ses portes : pas n’importe où, dans le quartier branché de Roppongi, à Tokyo.

L’entrée est facturée, avec la consultation de quelque 90 magazines proposés dès l’entrée, ou encore les 30.000 ouvrages référencés. Des espaces de lecture spacieux, et thé ou café à volonté : tout est pensé pour que l’on y passe un agréable moment. On y sert aussi des repas, et les rats de bibliothèque peuvent allégrement y rester toute une journée sans bouger.

Pour le créateur du concept, seuls les vrais grands lecteurs seront intéressés par le principe. Surtout parce qu’on leur proposera de découvrir des livres inattendus. 

Attendu qu’un café coûte dans la ville entre 400 et 500 ¥ (entre 3,19 € et 3,94€), les clients ne sont pas découragés. Surtout que ce principe de chasse au trésor littéraire amuse et stimule : pour exemple, au côté des livres d’histoire sur Lenine, sont proposées des bandes dessinées réalisées durant la Révolution russe. Parfois, ce sont des jeux de couleur qui structurent les tables, en fonction des couvertures. Le désordre apparent invite à l’exploration.

Économiquement, la librairie fonctionne avec des achats fermes : les livres ne seront pas retournés au distributeur, et devront attendre d’être achetés. Sinon, ils demeurent sur les étagères. Et le modèle fonctionne : entre 30 et 40 % des clients qui entrent achètent un livre. Comme si la passion était contagieuse, et que l’enthousiasme finissait par gagner les visiteurs curieux. 
 


Selon Yoshino, Bunkitsu serait d’ailleurs un acte de résistance : alors qu’ici, comme ailleurs, la concurrence avec Amazon est sévère, le lieu est propice à une autre relation à la lecture. La popularité des livres numériques au Japon ne sera pas enrayée pour autant, mais, avec cette approche, c’est autre chose que l’on appréhende.

Bien entendu, il faudrait encore que le modèle économique soit reproductible ailleurs – et rien n’est moins certain, reconnaît-on. Dans une zone rurale, loin de la dimension branchée du quartier de Roppongi, il serait impératif de trouver une tout autre mise en scène. 

« Nous devons essayer de faire survivre les librairies. Nous espérons que la création de Bunkistu sera un moyen de relever ce défi », conclut-il. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.