medias

À Toronto, le retrait massif des ouvrages francophones annulé

Camille Cado - 13.01.2020

Edition - International - bibliothèque culture francophone - Langue française Canada - Bibliothèques publiques Toronto


Le réseau de bibliothèques publiques de Toronto (Canada) s’apprêtait à retirer plusieurs milliers de livres francophones de ses étagères et plateformes de prêts. Mais l’institution a fait volte-face. La purge due au faible taux d’emprunts des titres en question n’est plus d’actualité. Au contraire, il s’agit maintenant d’augmenter son offre d’ouvrages en français. 
 
Photo d'illustration - Michal Jarmoluk, pixabay license
 

La semaine dernière, 18 % de la collection de titres francophones à Toronto était en danger : le réseau de bibliothèques publiques de la ville avait annoncé le retrait prochain de 26.000 livres en langue française, trop peu empruntés. Mais un retournement assez inattendu a eu lieu depuis, pour le plus grand bonheur des Canadiens francophones.

Vendredi 10 janvier, la ministre de la Francophonie Mélanie Joly, la ministre des Affaires francophones de l’Ontario Caroline Mulroney, ainsi que le maire de Toronto, John Tory, se sont concertés pour finalement revoir la présente décision. 

Mélanie Joly est la première à rendre publique l’annulation de ce retrait massif sur le réseau social Twitter. Elle a également laissé entendre que le budget investi dans le contenu francophone augmenterait cette année. Plus tôt dans la journée, elle s’était dit « très préoccupée » de la situation « Comment pouvons-nous enseigner le français et vivre dans notre langue sans que les bibliothèques encouragent la lecture de nos livres ? » indiquait-elle, toujours sur le réseau social. 
 

Ana-Maria Critchley, porte-parole des bibliothèques publiques de Toronto, a confirmé cette initiative, relate ONFR+. « Nous renversons la décision et nous conserverons l’ensemble des livres de la collection », a-t-elle déclaré, précisant que seuls les ouvrages en mauvais état ou obsolètes seront retirés.

« Nous allons aussi doubler le budget pour les collections [francophones] pour l’achat de nouveaux livres. Nous voulons offrir les livres que la communauté désire » a-t-elle maintenu. « Notre organisation va consolider les petites collections en français pour bâtir au sein de plusieurs bibliothèques de plus grandes collections » a repris la porte-parole – pourtant peu émue de la situation, quelques jours auparavant... 

« Nous avons terminé un processus de révision de trois ans de nos collections francophones et multilingues et nous allons retirer du matériel et fermer certaines collections en raison de leur faible utilisation », avait-elle alors tout bonnement indiqué.
   
Cette nouvelle a, sans surprise, été vivement saluée. Pour rappel, l’annonce du retrait de 26.000 livres francophones avait suscité bon nombre d’indignations. Notamment, celle de Serge Paul, de l’Association des communautés francophones de l’Ontario à Toronto (ACFO-Toronto).

« Ce n’est pas logique de s’attaquer aux livres francophones. Il ne faut pas juste regarder les chiffres. Ce n’est pas acceptable. Il y a deux langues officielles au Canada, notre langue est aussi importante que la langue anglaise. Les francophiles aussi empruntent ces livres, c’est vraiment dommage », avait-il soutenu. Une lettre avait d’ailleurs été envoyée au conseil d’administration des bibliothèques de Toronto pour essayer d'annuler la décision. 



Commentaires
Merci Netflix, hein.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.