A Virgin, des soldes qui se changent en apocalypse

Cécile Mazin - 17.05.2013

Edition - Librairies - soldes - Virgin Megastore - comité d'entreprise


C'est probablement l'article à découvrir, tout en consternation. Texte violent, témoignages apocalyptiques : ce 13 mai, au Virgin Mégastore des Champs-Élysées était proposée une campagne de solde, avec des 50 % sur quasi tout le magasin. Et à l'ouverture, à 10h, des clients fous se sont emparés de la boutique, atteste Rue89.

 

 

 

 

Originellement publié sur le site Les rétrogaleries de Mister Gutsy, l'article fait état d'un comportement désastreux, d'attitudes scandaleuses... En vidéo, c'est encore plus frappant : 

 

 

Rien ne sera épargné aux employés, y compris des réactions les plus primitives :  

Même aux livres, rare rayon sur lequel les soldes n'ont pas lieu (Loi oblige), les gens remplissent des paniers en prenant - là encore - tout ce qui leur passe sous la main. Lorsque les employés leur précisent que les livres ne bénéficient pas de réductions : "Non mais vous auriez pas pu le dire? " - et reposent tout tel quel, n'importe où, avant de partir bon train vers des rayons plus juteux.

 

En parallèle, ce 16 mai, trois jours après la calamité, la CGT Virgin fait état d'une réunion qui s'est déroulée au ministère du Travail, avec des représentants du ministère, Maître Philippot, administrateur de Virgin, Maitre Levy, mandataire financière, la direction de Virgin et les représentants syndicaux. Mais les actionnaires, Butler et Lagardère, étaient pour leur part absents. 

 

Toutefois, l'actionnaire majoritaire, Butler, indique qu'il versera 1 million € dans le cadre du PSE, dont une partie servira à verser une indemnité supra-légale. Lagardère, pour sa part, se serait engagé à faire des offres de reclassement, en regard du profil des employés, mais refuserait de participer au financement du PSE. La CGT note :  

Par ailleurs, le ministère du Travail propose que le CSP soit piloté par les services du Pôle Emploi et non par un cabinet de reclassement (économie au bas mot de 1, 3 millions d'euros au moins) et finance sur ces fonds propres une cellule d'appui, qui se met en mouvement avant même l'entrée des salariés en CSP, qui pourra fournir toutes les informations nécessaires, mais qui intégrera aussi une composante d'aide « psychologique ». 

Aujourd'hui, le budget du PSE –qui était de 2 millions d'euros il y a quelques semaines !- est d'environ 5 millions d'euros : les deux millions initiaux + le million de Butler + 500 000 euros d'ores et déjà provisionnés pour la portabilité de la mutuelle pendant neuf mois + 1, 5 million d'euros.

 

Ce 17 mai doit avoir lieu un Comité d'Entreprise, avant une manifestation le 23 mai. Il reste en effet deux points à régler : les offres fermes de reprise doivent intervenir avant aujourd'hui, à midi. « Pour la trésorerie, Syndex réalise un audit avec les éléments qu'est en train de lui livrer la direction financière de Virgin. Christine Mondollot estime qu'à fin juin il y aura 3 millions d'euros en caisse. Elle s'est refusé à destiner l'ensemble de la somme au financement du PSE, renvoyant à l'appréciation de la mandataire financière. Cette dernière semble encore une fois prioriser le remboursement de l'avance de salaires faite par l'AGS », ajoute la CGT.