À vos montres : End of Watch, le prochain Stephen King, sort en juin

Joséphine Leroy - 18.05.2016

Edition - International - Stephen King roman Ca - Stephen King adaptation cinéma télévision - auteur fantastique science-fiction


End of Watch bouclera un cycle. Le dernier volet de la trilogie centrée sur Bill Hodges, un policier à la retraite, va sortir le 7 juin aux États-Unis. Mr. Mercredes (éd. Albin Michel, traduit par Nadine Gassie et Océane Bies), premier tome de la trilogie, était sorti en France le 28 janvier 2015. Il avait obtenu le prix Edgar-Allan-Poe 2015 du meilleur roman. Le deuxième roman, Carnets noirs (même édition et même traductrice) a vite rencontré son public (261.500 exemplaires aux États-Unis en 2015). Décidément obsédé par la question du temps, le romancier n’en perd pas et participe à l’adaptation de ses propres romans au cinéma et à la télévision.

 

Stephen King visits USO Warrior Center

(The USO / CC BY-NC-ND 2.0)

 

 

L’intrigue du livre reprendra les derniers éléments du deuxième volet. « Dans l’ouverture d’End of Watch, Brady reste dans un état végétatif et vit toujours dans la Clinique des traumatisés du cerveau, il continue à ne pas répondre de lui-même. Et pourtant... d’horribles choses se passent, d’horribles choses qui semblent signées de l’empreinte démoniaque de Brady. D’une manière ou d’une autre, Brady Hartsfield est impliqué, et il veut clairement se venger de Bill, Holly, leurs amis et de la ville entière [...] L’horloge tourne pour Hodges et les autres, sur plusieurs fronts en même temps », résume la description de ce nouvel épisode. 

 

En France, Carnets noirs, en format livre audio est sorti le mois dernier, lu par Antoine Tomé, chez Audiolib (traduction Océane Bies et Nadine Gassie).

 

Stephen King lui-même est sur tous les fronts : cinéma, télévision, le romancier à succès dont beaucoup d’œuvres ont été adaptées au cinéma a toujours de quoi approvisionner cinéma et littérature. 

 

Une écriture taillée pour le cinéma et la télévision

 

Le clown traumatisant de Ça (éd. Albin Michel, traduit par William Olivier Desmond) sera projeté sur les écrans américains en septembre 2017. Selon Variety, le film devait d’abord être réalisé sous la direction de Cary Fukunaga. Des désaccords profonds avec la production ont poussé cette dernière à remplacer le réalisateur au profit de Andres Muschietti. 

 

Le Club des Losers pourrait faire l’objet de deux films séparés : l’un centré sur l’enfance des protagonistes et l’autre sur leur vie d’adulte et leur retour dans la ville, le lieu des souvenirs cauchemardesques. Les adultes affronteront à nouveau Grippe-Sou et ses attaques, dont on ne vient jamais à bout. (via Variety

 

Stephen King sait manier le suspens à merveille, mais a du mal à nous surprendre avec l’adaptation de ses œuvres en séries, au cinéma comme à la télévision. Le premier trailer de l’adaptation cinématographique de Cell (Cellulaire en français, éd. Albin Michel et trad. par William Olivier Desmond) est sorti fin avril.

 

Le livre, sorti en 2006, reprend nos addictions à la téléphonie pour en faire un motif de peur et transporter le lecteur dans un univers fantastique. Dans Cell, les ondes des téléphones portables transforment ainsi les êtres humains en zombies. Gare aux ordinateurs, tablettes, et autres gadgets technologiques. Le film, où les acteurs Samuel L. Jackson et John Cusack déploient leurs talents d’acteurs, sortira aux États-Unis le 8 juillet et sera disponible en VOD deux jours plus tard. 

 

 

À la télévision, 11.22.63, l’adaptation de 22/11/63 (traduit par Nadine Gassie, encore une fois aux éditions Albin Michel) est sortie en début d’année. Le roman de science-fiction est une uchronie à tendance fantastique gravitant autour d’un épisode historique important et utilisant l’idée d’une faille temporelle, thème récurrent dans la science-fiction. La première trame du roman se focalise sur la tentative du  narrateur à faire barrage au meurtre John F. Kennedy tandis que la seconde se concentre parallèlement sur l’histoire d’amour entre le narrateur et une femme des années 1960.

 

Acquise par Canal + en France, la série a été créée par Bidget Carpenter et réalisée par Kevin MacDonald, suivant un scénario de Stephen King lui-même. L’acteur James Franco y joue le rôle principal.