Abdou Diouf, la francophonie et l'importance des livres

Clément Solym - 24.03.2008

Edition - Société - Abdou - Diouf - francophonie


Abdou Diouf était l'invité de France Inter hier pour l'émission La librairie francophone pilotée par Emmanuel Khérad, en direct de la Cité universitaire de Paris. Dans le cadre de la semaine de la francophonie.

Une émission internationale puisqu'en duplex étaient réunis plusieurs libraires des quatre coins de la francophonie.

Pour l'ancien président du Sénégal, successeur de Senghor, Abdou Diouf estime que « diversité » est la définition même de la francophonie. Même s'il avoue n'avoir « rien écrit », il souhaite perpétuer le combat de Senghor dans la promotion de la culture.

Ayant mis en place des centres de lectures un peu partout dans le monde, le développement social passe également pour lui par celui de la lecture. « Le livre, c'est le moyen de transmettre le savoir, la connaissance, de transmettre la culture », ajoute-t-il.

Mais Abdou Diouf est aussi revenu sur la révolution numérique. « Je ne crois pas que l'on pourra se passer de livres, précise-t-il. Je ne me vois pas sans livres. » Et lire sur un écran ? « Je pense que je pourrais faire l'effort comme tout le monde d'y arriver, mais je pense que le livre est indispensable. » Et la francophonie doit arriver à s'enrichir autour du livre et de l'édition. Promotion de la langue est l'une des missions de l'OIF.

Vous pouvez écouter l'émission depuis ce lien (lecteur requis) et consulter la page de France Inter, dédiée à l'émission.