Abonnements aux bibliothèques : le Néerlandais Swets en faillite

Nicolas Gary - 24.09.2014

Edition - Economie - Pays Bas éditeur - Amsterdam livres - faillite


Un fournisseur de contenus basé à Leiden, qui travaillait essentiellement avec des universités et des bibliothèques vient d'entrer en dépôt de bilan. Swets avait démarré son activité en 1901 avec une librairie située à Amsterdam et depuis, son extension s'est opérée à travers 160 pays. Après un premier hoquet en 2004, qui avait précipité la maison vers la faillite, la réorganisation qui s'en est suivie avait apporté un nouveau souffle. Jusqu'à aujourd'hui. 

 

 

 

Avec une perte l'année passée de 1,9 million d'euros, pour un chiffre d'affaires de 550 millions €, la société s'est placée sous la protection du tribunal préliminaire pour les entreprises en faillite. Les obligations de paiement sont donc gelées pour l'heure, et Marcel Groenewegen a été nommé comme liquidateur. 

 

Le groupe Swets & Zeitlinger a obtenu un report de paiement pour l'ensemble de ses créances actuelles. Leader dans le domaine des abonnements – d'où l'activité particulièrement centrée sur les facs et les bibliothèques U – la société emploie 541 personnes à temps plein. Des dettes qui concernent majoritairement des éditeurs pour l'instant. Elle dispose de plus de 8000 clients dans le monde, ce qui représente plus de 800.000 abonnements à ses offres.

 

Il avait été prévu, sinon envisagé, de procéder à une vente du groupe, lors du 3e trimestre 2014, mais son actuel directeur, Han Stoop, n'a souhaité faire aucun commentaire. Deux groupes, Springer et Elsevier, ont fait part de leurs vives inquiétudes  quant au blocage financier qu'implique cette situation. Le premier met par ailleurs en garde les clients, qui courent d'importants risques s'ils continuent de régler à Swets les factures le concernant. L'éditeur allemand assure par ailleurs avoir dénoncé tous les contrats en cours avec la société.

 

Ces dernières années, Swets aurait été victime de grandes difficultés imputées à la crise économique, et le changement des abonnements, passant du papier à l'ère numérique. Or, les marges sur ce dernier sont plus faibles, et ont provoqué, du fait des investissements à réaliser, de grands trous dans les comptes.

 

La nouvelle se diffuse donc progressivement, depuis les éditeurs vers les clients de Swets. Plus de 35.000 éditeurs sont clients de la société.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.