Absentéisme : Mallette des parents appliquée dans 1300 collèges

Clément Solym - 31.05.2010

Edition - Société - absenteisme - parents - impliquer


Les parents seront désormais impliqués dans la lutte farouche et essentielle, tout de même, faut pas délirer, contre l'absentéisme scolaire, cette plaie qui frappe notre société et sclérose le devenir de nos chères têtes blondes. Ou pas. C'est donc ce que l'on nomme donc La mallette des parents.

Défini par le ministère, cela donne à peu près ça :

« L'implication des parents conditionne la réussite de l'élève. Le lien entre les parents et les enseignants se distend entre le C.M.2 et la 6e, du fait de l'éloignement du collège, de la multiplication des interlocuteurs et de l'indépendance accrue de l'enfant. Dans le cadre du programme “participation” du projet académique, l'académie de Créteil initie un programme d'accompagnement à destination de parents, la Mallette des parents. »

Alors que se passe-t-il ?

En, effet, à partir de septembre, 1300 établissements - des collèges exclusivement - lesquels seront connus à partir du mois de juin, et prendront part à de nouvelles actions qui serviront à sensibiliser les parents à cette problématique. Inutile de s'inquiéter : les 1300 collèges agiront selon le prolongement mené dans l'Académie de Créteil auprès de 5000 élèves.

Selon les résultats, l'absentéisme autant que les problèmes de comportement ont nettement diminué, explique l'École d'économie de Paris qui en a présenté le rapport.

Mallette des parents, un fabuleux nom probablement pondu par des énarques bien-pensants, qui a été mis en place au cours de l'année 2008-2009 avait eu cours dans près de 40 établissements - principalement des ZEP, zone d'éducation prioritaire. « La qualité du comportement des élèves des classes tests est meilleure, à tout point de vue », note l'EEP, avec les chiffres suivant :
  • moins d'absentéisme (3,6 demi-journées contre 4,3)
  • moins de sanctions (10,9 % contre 13,4 %)
  • davantage de distinctions (félicitations, encouragements... 38,6 % contre 34,2 %)
  • de très bonnes notes de vie scolaire (37,4 % contre 32,6 %)
Bref, du tout bon, que l'on a forcément envie de voir généralisé sous peu. Et appliqué sur le territoire tout entier. Même Martin Hirsh - dont le dernier bouquin est une sombre fumisterie, parue chez Grasset - était largement favorable à ce que l'on prenne pour référence ces résultats, estimant incompréhensible que l'on ne « s'appuie pas sur ces résultats, qui sont des résultats prouvés, estampillés, démontrés, pour l'étendre dans l'ensemble des académies ».

Dans tous les cas, ce sont donc les parents des minots des 1300 collèges qui vont trinquer à compter de la rentrée, puisqu'ils devront prendre part à cette initiative. Si cela peut les rassurer, l'expérimentation de Créteil a montré que durant Mallette des parents, ces derniers ont été moins sollicités pour des problèmes comportementaux de leur progéniture.

Et comme l'ensemble a un effet boule de neige, aucune raison que l'on ne fasse pas confiance aux résultats...

Si ? Laquelle ? C'est une idée de Sarkozy ?

Ah... ouais... effectivement, faut peut-être prendre des gants...