Académie Balzac, le défi littéraire sur internet "une franche réussite"

Nicolas Gary - 28.10.2014

Edition - Société - Academie Balzac - journée manuscrit francophonie - livre lecture partage


Ce 24 octobre, plus d'une centaine de personnes se retrouvait au château de Foussignac, en Charente. Deux événements en un seul : la Journée du manuscrit Francophonie, qui se déroulait simultanément à Dakar, et à l'Académie Balzac, le défi littéraire retransmis sur internet. A l'origine de ces projets, les Éditions du Net, société proposant aux écrivains une solution d'autopublication. 

 

Les auteurs réunis

 

 

« Nous souhaitions proposer une manière d'exposer le travail des écrivains au-delà de la Journée du Manuscrit, dont nous avions organisé l'an passé la première édition. Tous les auteurs réunis alors au Café des Éditeurs avaient réclamé la présence de la télévision, pour cet événement. Nous leur avons offert une émission inspirée des codes de la téléréalité, focalisée sur l'écriture d'un roman collectif. Ce fut l'Académie Balzac », précisait Henri Mojon, président des Editions du Net, lors de la soirée du 24 octobre.

 

L'Académie découle donc de la Journée du Manuscrit, et, pour la deuxième édition, celle-ci s'ouvrait à la francophonie, en s'installant au Sénégal, et avec le parrainage de Maurice Bandaman, ministre de la Culture de Côte d'Ivoire. De la Charente à Dakar, la connexion n'aura pas pu être établie, mais sur le continent africain, la joie était identique à celle des participants à la soirée charentaise. 

 

« Nous avons offert aux auteurs un exemplaire de leur livre, et trente d'entre eux, tirés au sort, ont reçu 100 exemplaires de leur livre », souligne Henri Mojon. « Ces deux manifestations se rejoignent autour d'un fait unique : la promotion de la littérature, le partage de la chose écrite. C'est une franche réussite, grâce aux détracteurs, qui somme toute n'auront pas été bien courageux – ni très bien renseignés », s'amuse Michel Dansel, qui officia au Château durant les trois semaines de l'Académie, comme directeur littéraire.

 

Sur place, les auteurs qui avaient quitté l'Académie étaient clairement heureux de cette aventure. Partis à vingt pour écrire le roman, Une tombe trop bien fleurie, ils n'étaient plus que 10 pour l'achever. Voici d'ailleurs la bande-annonce à laquelle chacun s'est prêté.

 

 

Voici le pitch de leur roman : 

 

Architecte talentueux, Roger a embrassé une carrière où tout lui a souri. Gloire et réussite, rien ne lui a échappé. Mais le succès a ses revers. Comblé, Roger croule littéralement sous le poids de son succès. Plus de saveur, plus de goût : le sentiment irrépressible qu'il faut en finir.

Mais il y a Claudine.

Une épouse dévouée à un mari absent. Roger se sent vide, dévoré de l'intérieur. Seule la mort le libérerait de cette douleur de vivre qui l'écrase. Mourir, la belle affaire… Libératrice, assurément.

Mais il y a toujours Claudine.

Il lui faut alors en finir, et maquiller son suicide en meurtre. Le plan est impeccable. L'exécution, un peu moins. La mort ne frappe pas à la bonne porte et c'est l'enfer qui s'ouvre. Culpabilité, terreur : l'infernale cavale commence pour Roger, qui n'est pas près de connaître le repos.

 

 

 

Le livre est disponible à cette adresse, aux Éditions du Net ou sur le site du libraire partenaire, Chapitre.com.

 

 

L'aventure achevée, la prochaine édition se préparera dans quelques semaines. « Tout le monde est épuisé parce ce qui s'est passé, toute l'intensité de cette aventure. Nous avons besoin de repos, mais on fourmille déjà d'idées pour la prochaine saison. » Un repos bien mérité, pour chacun.

 

La vie du roman va se poursuivre, avec une promotion assurée par les Éditions du Net, mais toujours dans la perspective de donner aux auteurs un coup de pouce pour leurs projets. « Notre perspective a toujours été de nous inscrire en tant que solution pour la publication des œuvres, et certainement pas de revendiquer des qualités d'éditeur. Le roman sera présenté à plusieurs maisons, qui en ont manifesté le désir », ajoute Henri Mojon. « Notre intention et de lui donner une envergure plus grande, avec l'accompagnement éditorial qu'il mérite. » 

 

On pourra retrouver toutes les vidéos de l'Académie Balzac à cette adresse