Académie Balzac : les auteurs se passent du verbe avec verve

Cécile Mazin - 16.05.2014

Edition - Société - Académie Balzac - télé réalité - défi littéraire


Il reste encore nombre d'épreuves aux candidats, dans l'attente du 1er août, des premières sélections et, bien sûr, de l'entrée dans le château de Brillac. Les auteurs candidats à l'Académie Balzac, défi littéraire filmé et diffusé sur le Net, se sont prêtés à leur premier jeu d'écriture. Il y a une semaine, les organisateurs leur proposaient de suivre l'exemple de l'écrivain Michel Thaler, en écrivant un texte sans verbe...

 


 

 

Quelques jours plus tard, organisateurs et participants se sont retrouvés autour de ce premier défi imposé aux candidats. Après sélection, les meilleurs textes rapporteront aux 5 auteurs sélectionnés par le jury 2000 points à leur profil, une avance non négligeable dans la course à la sélection. Ce défi était obligatoire pour tous les candidats, et chacun s'est acquitté de sa tâche.

 

« Nous hésitions à mettre la barre si haut dès le premier défi en leur demandant d'écrire sans verbe, mais nous voulions convaincre les sceptiques sur le niveau littéraire de l'Académie Balzac », explique Henri Mojon, responsable de l'Académie Balzac. « La qualité des textes montre que le niveau sera élevé », termine-t-il.

 

Un peu plus d'une cinquantaine d'auteurs ont d'ores et déjà envoyé leurs créations : poème, nouvelle, brève... Un minimum de 2000 signes était réclamé pour chaque texte, mais la forme était totalement libre, à l'exception bien sûr de l'usage des verbes.

 

Devant l'intérêt porté au défi, et étant donné les expérimentations qu'il autorise, les organisateurs ont décidé de lancer un événement Facebook afin que chacun puisse poster ses propres textes expurgés de tout verbe.

 

Les textes des auteurs ayant relevé le défi n°1, l'écriture sans verbes, sont disponibles sur cette page du site de l'Académie Balzac. Les visiteurs sont cordialement invités à voter pour leur auteur favori.

 

D'autres défis suivront, évidemment : il ne faudrait pas que le séjour à Brillac soit confondu avec des vacances tout frais payés...