Académie Balzac "Réunir des écrivains pour écrire un livre en 20 jours, un sacré défi"

Nicolas Gary - 05.04.2014

Edition - Société


La semaine s'achève, pleine d'espoirs, pour les organisateurs de l'Académie Balzac, puisque l'on compte maintenant 200 candidats ayant rempli l'intégralité de leur profil. Avec 492 auteurs inscrits, le site tourne désormais à bonne vitesse, et l'on peut profiter de 324 extraits mis en ligne par les auteurs. Sachez qu'au Château de Brillac, on a hâte de rencontrer les heureux candidats. 

 

 

 

 

Parmi les inscriptions intéressantes, cette semaine, on notera la tentative, osée et amusante d'un certain Michel Houellebecq, qui a souhaité tenter l'aventure. « Nous avons trouvé cela drôle, pour le premier avril, mais nous serions évidemment ravis que Michel Houellebecq prenne part à notre projet, au moins à titre d'intervenant pour les candidats », expliquent les organisateurs. Idée à creuser, on en parlera...

 

Côté inscriptions, toujours, on a assisté à la première exclusion du site d'un candidat pour fraude : « L'Académie Balzac a procédé à la première exclusion d'un candidat ayant utilisé un procédé déloyal pour obtenir des votes. Nous souhaitons que l'Académie Balzac reste un défi littéraire avant d'être une télé-réalité. C'est pour cela qu'un jury choisira les 20 candidats qui entreront dans le château. Nous vous rappelons que toute exclusion est définitive. L'Académie Balzac est pour les auteurs, tous les auteurs, et uniquement les auteurs. »

 

Dans le même temps, les candidats honnêtes poursuivent leur campagne de communication, comme Anne-Florence Lièvremont, qui a su attirer l'attention de L'Indépendant, quotidien régional de l'Aude et des Pyrénées-Orientales. Pour s'assurer de mieux encore pouvoir toucher les médias, les candidats reçoivent actuellement un communiqué de presse standard, à modifier et personnaliser. Il faudra encore savoir convaincre les journalistes, mais le sujet s'y prête.

 

Côté jardin, nous explique Henri Mojon, à l'origine du projet, une rencontre avec Euromedia a permis de dégager de nouvelles approches techniques, pour la réalisation même de cette émission. La firme compte parmi les leaders européens de la prestation audiovisuelle et « souhaite expérimenter une solution technique spécifique sur la détection des personnes dans une pièce et le routing audio automatique ». Fort d'une expérience variée, allant du tour de France aux différentes émissions de téléréalité, avec récemment, Appel d'urgence, Euromédia serait un partenaire idéal. 

 

« La grandeur des pièces et du parc du château et la nature du programme nécessitent une captation audio individuelle et la difficulté est qu'elle soit automatiquement coordonnée avec les caméras alors que les programmes classiques se contentent des micros d'ambiance. L'importance que revêtent le fond et le contenu du programme impose une parfaite audition des échanges. Ainsi, il se révèle que l'AB sera donc aussi une première dans la production TV. Euromédia a surtout su s'adapter au budget et a ainsi montré sa motivation à faire ce programme, on sent leur désir de montrer que l'on peut faire un programme de téléréalité de qualité "ça changera". »

 

C'est le même désir qui anime un producteur TV intéressé par l'Académie Balzac. « Ce qui est attirant dans votre projet c'est que l'on a immédiatement envie de voir ce que cela donnera : réunir des écrivains pour écrire un livre en 20 jours, un sacré défi, cela donne envie. » Quant au nom de la directrice de l'Académie Balzac, on devrait pouvoir le révéler sous peu...

 

Les inscriptions peuvent toujours se faire à cette adresse, et même si vous ne souhaitez pas prendre part, il est toujours possible de se présenter, en tant qu'auteur, et de partager ses écrits et ses livres avec d'autres. 

 

Allez, dis-leur Nelson :