Académie française : limitation de vitesse fixée à 75 ans

Clément Solym - 01.10.2010

Edition - Société - academie - française - election


Le quai de Conti va subir un petit lifting, une décision qui a été votée majoritairement, pour empêcher avant tout que les Immortels ne se présentent un peu trop âgé pour tenter d'obtenir un siège.

Il faudra avoir moins de 75 ans pour briguer un des fauteuils des Immortels, à compter de maintenant, d'après Hélène Carrière d'Encausse, académicienne. « C'est une mesure de pure sagesse, il faut équilibrer la pyramide des âges de l'Académie. Et ce sera aussi plus favorable aux femmes dont on considère souvent qu'elles peuvent attendre avant d'être élues », explique-t-elle à l'AFP, alors que 73,5 % des académiciens ont voté en faveur de cette modification.


Académie française

Parce que les temps changent et que le régime des retraites est en cours de réforme, l'Académicienne souligne que l'institution se devait de s'adapter. En outre, « cela permettra d'accélérer l'élection de nouveaux venus. Il y en a trop qu'on faisait attendre. Autant que les gens soient élus plus jeunes et en profitent ».

Élu en 2008, Jean-Christophe Ruffin est aujourd'hui le plus jeune des membres, du haut de ses 56 ans, mais en son temps, Jean-Marie Rouart avait lui aussi été élu à l'âge de 54 ans.

Outre le rajeunissement du cheptel, c'est également un alignement sur la décision de l'Académie des sciences qui en 2002, avait décidé de suivre cette voie. « La moitié au moins des postes ouverts à chaque session étant réservée à des candidats âgés de 55 ans au plus au 1er janvier de l'année de l'élection », rappelle le Figaro.

Bien évidemment, la décision ne sera pas rétroactive, et les plus anciens, qui avaient été élus, une fois l'âge limite aujourd'hui fixé, peuvent rester en poste. Parmi ces heureux veinards, Max Gallo, élu à 75 ans, pile-poil, Dominique Fernandez, à 78 ans, ou encore Simone Veil, qui à 82 ans, est entrée cette année.