medias

Académie Nobel : quatre départs, et une littérature boiteuse

Victor De Sepausy - 08.05.2018

Edition - International - académie Nobel littérature - démission membres noble - Suède scandale sexuel


Le mouvement #MeToo aura donc eu raison du prix Nobel de littérature, suspendu pour 2018. Mais en dépit de cette décision, l’Académie suédoise continue de faire face à une crise qui n’en finit pas. Quatre membres, logiquement nommés à vie, ont obtenu l’autorisation de démissionner. C’est la débandade, si l’on peut dire…


Nobel Prize medal
Solis Invicti, CC BY 2.0
 

 

Le scandale qui a suivi les révélations d’agression sexuelle avait déjà eu raison de l’édition 2018 du prix Nobel de littérature. Depuis que 18 femmes ont publié un témoignage mettant en cause Jean-Claude Arnault, marié à un membre de l’Académie, plus rien ne va. 

 

Les révélations du quotidien Dagens Nyheter continuent de provoquer l’indignation, et même Sara Danius, secrétaire perpétuelle, avait été démissionnée – pas faute pourtant d'avoir tenté de gérer au mieux le désastre. Joli remerciement... Depuis, les membres du jury se regardent en chiens de faïence, et dans un communiqué, l’Académie indique que Lotta Lotass, Klas Ostergren et Sara Stridsberg ont été invités à quitter leur fonction. 

 

La quatrième membre à partir, Kerstin Ekman, n’était plus intervenue dans la vie de l’Académie depuis 1989. Elle avait en effet choisi le retrait en guise de protestation contre l’institution suédoise : cette dernière, à l’époque, manifestait un courage en effet détonnant, réfusant de condamner la fatwa lancée contre Salman Rushdie.

 

Techniquement, les statuts de l’Académie font que les membres sont nommés à vie, mais le roi Carl Gustaf XVI a dû intervenir de toute urgence pour modifier les règles. Désormais, il leur est possible de démissionner pour être remplacés.  

 

Pas de prix Nobel de littérature en 2018 
 

L’établissement compte actuellement 10 membres actifs : problème, pour assurer de nouvelles élections, il faut impérativement 12 membres. 

 

Pour asseoir définitivement le scandale, Jean-Claude Arnault, outre les accusations d’inconduite sexuelle, pour dire le moins, serait également sous le coup d’une autre enquête. Il aurait en effet divulgué des informations sur les lauréats potentiels, à de nombreuses reprises, alimentant ainsi les bookmakers qui prennent les paris sur les vainqueurs. 

 

Les retombées sont en tout cas des plus funestes : si certains affirment d’ores et déjà que le prix Nobel de littérature est mort, incapable de se relever à l’avenir de cette affaire, d’autres affirment qu’il n’est dans tous les cas plus nécessaire. 

 

Et de pointer l’échec supposé de l’Académie dans sa capacité à réellement refléter l’histoire littéraire et ses mouvements : Adonis, Philip Roth ou Murakami, toujours cités, jamais élus, voici qui reste étrange. Le cas Bob Dylan de l’année passée ressemble d’ailleurs plus à une crise de juges se remémorant leur jeunesse qu’un choix littéraire conscient.

 

La littérature, qui reste une affaire d’opinion personnelle, loin des découvertes de médecine, de physique ou autre, est certainement la plus délicate des disciplines que couvrent les prix Nobel. Même celui de la Paix semble plus aisé à décerner, en regard de faits accomplis… Difficile de savoir quel sera l’avenir de cette récompense. Plus encore de trouver le jury qui remplacera les actuels et nombreux démissionnaires…

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.