Accélérer la cadence : du travail à la chaîne au travail échaîné

Auteur invité - 26.11.2018

Edition - International - Jérôme Platner narration - caissières rythme travail - travail employé vitesse


Dans le cadre du projet De l’écriture à la promotion, mené par la Fondation pour l’écrit, 10 jeunes auteurs ont été retenus. Avec un impératif : produire un texte portant sur un fait d’actualité contemporaine non littéraire, en partenariat avec ActuaLitté. Une narration à format libre, qu'elle soit histoire ou billet d'humeur, pour laquelle Jérôme Platner ouvre le bal.


La grenouille vous salue bien
Baudoin, CC BY ND NC 2.0 (image d'illustration)
 

 

Un insondable mystère


Qu’on se le dise, une entreprise se doit de prospérer si cette dernière souhaite assurer sa pérennité, et, personnellement, j’estime que le travail est une vertu. Toutefois, j’ai le sentiment qu’aujourd’hui le monde ne tourne plus rond, du moins pas aussi rondement que je le voudrais sans doute.

L’autre jour, alors que je faisais mes achats dans un supermarché, j’ai assisté à un échange entre deux caissières qui tentaient de tourner en dérision leurs récentes conditions de travail, lesquelles exigeaient désormais que leurs efforts soient, tenez-vous bien, chronométrés. En l’occurrence, il s’agissait du temps que chacune de ces employées consacrait à leurs clients. Non seulement leur travail ressemblait à du travail à la chaîne, mais en sus, il fallait accélérer la cadence dans le but ultime d’améliorer, je vous le donne en mille, la productivité. 

J’ignore si c’est une pratique courante dans ce métier, mais cette démarche m’a paru aussi ridicule qu’affligeante. Depuis quand doit-on courir au travail ? Me suis-je demandé. Ce n’étaient là que de simples employées et non des athlètes de haut niveau après tout. 

Bien entendu, j’ai conscience que la pression n’est pas un fait nouveau dans le monde du travail, mais là tout de même, ma surprise a été de taille. Étant moi-même soumis à l’atteinte d’objectifs dans l’exercice de ma profession, j’ai néanmoins été choqué par la méthode. Et brusquement, je me suis dit que le « turbocapitalisme » et ses algorithmes financiers, tout comme la tyrannie de l’actionnariat et le profit à tout prix étaient néfastes à l’être humain et indirectement aussi à la rentabilité. 

Cependant, il est exact que notre époque est plutôt bonne ; l’absence de guerre en Occident, la disparition des grandes épidémies ou encore la croissance économique mondiale sont des paramètres qui attestent de cette réalité. 

Toutefois, à force de vouloir être compétitif, l’Homme s’égare et a tendance à oublier de se pencher sur la qualité de son existence et sur le sens qu’il voudrait lui attribuer, me suis-je laissé dire. 

Alors oui, ainsi va le monde et le cynisme qui l’alimente. Cependant, nous sommes en droit de nous interroger sur l’héritage et l’exemple que nous souhaitons léguer aux générations à venir. Et là, j’ai soudain eu « mal à mon époque », si vous me permettez cette expression un peu triviale. 
 


Ensuite, j’ai laissé reposer ce texte quelques jours avant de le reprendre avec un peu plus de recul et un peu moins d’émotion. C’est alors que j’ai repensé à mon constat aussi naïf que déprimant et me suis dit après coup, qu’il n’y avait jamais eu d’époque parfaite ou idéale. 

L’absurde et l’injustice étant des constantes de notre monde, j’en ai déduit que, dans cette eau sacrée qu’est la vie, il y aurait toujours quelqu’un pour surfer sur la crête des vagues au soleil couchant, pendant qu’un enfant crierait famine sur les rives du même océan. 

Mais le plus étrange dans tout ça, c’est qu’aussi trouble que soit cette eau-là, nous n’avons à son sujet qu’une seule certitude ; celle de nous y noyer tous un jour. Cependant, et tant que faire se peut, nous ferons toujours en sorte d’en reboire un peu. Voilà qui demeure à mon sens, l’insondable mystère de l’existence.


 

Retrouver l'ensemble de notre dossier De l'écriture à la promotion, les auteurs se professionnalisent




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.