Accès aux archives limité pour le biographe de Ted Hughes

Julien Helmlinger - 04.04.2014

Edition - International - Ted Hughes - Ayants-droit - Biographie


L'écrivain Jonathan Bate entreprend actuellement la rédaction d'une nouvelle biographie du célèbre poète de Cambridge, Ted Hugues, mais voilà que l'herbe lui serait quelque peu coupée sous le pied. La seconde épouse et veuve de l'auteur de Crow, Carol Hugues, est finalement revenue sur l'autorisation qu'elle avait précédemment accordée au biographe, et qui lui aurait permis de citer des extraits d'oeuvres inédites issues des archives. Il lui faudra se limiter aux documents rendus accessibles au public par la British Library.

 

 

 Crédits : European Graduate School, Facebook

 

 

Des hauts et surtout des bas. Courant 2000, Jonathan Bate, professeur à Oxford, a tout d'abord pris contact avec la maison Faber & Faber, éditeur du poète, en lui proposant d'écrire une biographie autorisée. Une première offre refusée par l'héritière, conformément aux voeux de son défunt époux.

 

Revenu à la charge en 2009, le biographe proposait un concept différent, une vie littéraire plutôt qu'une biographie, destinée à présenter les oeuvres de Ted Hugues en expliquant comment celles-ci ont été influencées par les événements marquants de son existence.

 

Cette seconde proposition a été approuvée par l'ayant droit ainsi que la maison d'édition. Pour lui il ne s'agissait pas de jouer simplement sur les mots pour contourner un premier refus, mais bel et bien d'envisager une tout autre approche pour cet ouvrage qui devrait s'intituler Ted Hughes: a Literary Life.

 

Néanmoins, dès 2010, les inquiétudes de l'héritière du poète se seraient fait entendre de l'auteur, à propos du fait que le professeur s'éloignait possiblement de la ligne éditoriale convenue. Jonathan Bate quant à lui aurait toujours refusé que l'on jette un oeil sur ses travaux en cours, là aussi comme il aurait été convenu entre les parties. 

 

S'il avait jusqu'à lors gardé le silence quant à ces préoccupations éditoriales, le biographe est sorti de son silence dimanche dernier, après que son contrat avec la maison d'édition Faber & Faber ait été rompu par consentement mutuel.

 

Selon les déclarations de Jonathan Bate, son travail aurait été remis en question, car il risquerait de faire des révélations inédites sur la vie privée du poète, qui auraient étonnée l'héritière. Une allégation démentie, du côté de Carol Hugues.

 

Mais la curiosité est désormais attisée, tandis que ces découvertes concerneraient la vie tumultueuse qu'aurait partagée le poète et sa première épouse Sylvia Plath, qui s'est suicidée en 1963.