Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Accueillir des publics empêchés en bibliothèque, mode d'emploi

Antoine Oury - 25.01.2017

Edition - Bibliothèques - publics empêchés bibliothèque - bibliothèque handicaps - bibliothèque accueil publics


L'accueil des publics empêchés fait partie des missions incontournables des bibliothèques, étant donné leur statut de service public. Mais mettre en place des actions à destination de ces publics peut s'avérer intimidant ou compliqué lorsqu'il s'agit d'une grande première. Voici donc, en quelques points, un mode d'emploi pour bien organiser leur venue ou des actions spécifiques.

 

Médiathèque Françoise Sagan (Paris 10e)

Médiathèque Françoise Sagan (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Avant 

 

1. La formation des agents

 

C'est là le B.A-BA de l'accueil des publics empêchés : mieux savoir de quoi l'on parle, et ce qu'il faut faire, pour ne pas commettre d'impair et partir plus assuré. Le Centre national de la fonction territoriale (CNPFT), l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib) ou encore l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) peuvent fournir de l'aide sur ce terrain.

 

Ces outils ou documents pourront également être très utiles :

 

  • AgoraBib, forums d’échanges de bonnes pratiques
  • La commission Accessibib de l’ABF
  • AlphaBib (Améliorer l’accueil des personnes handicapées en bibliothèque), pour favoriser la constitution d’un réseau des professionnels en charge des services dédiés à l’accueil des personnes en situation de handicap au sein des bibliothèques
  • Le guide « Lecture à l’hôpital » réalisé conjointement par le ministère de la Culture et de la Communication et le ministère des Affaires Sociales en 2006
  • Les recommandations et guides de l’Ifla, Fédération internationale des associations de bibliothécaires et d’institutions
  • Les subventions du Centre national du livre pour l’acquisition de collections adaptées, de matériel, mais aussi pour des formations ou la mise en place d’actions de médiation
  • Le concours particulier « bibliothèque » de la Dotation générale de décentralisation (DGD)

 

Bien entendu, la formation des agents sur ces sujets doit être continue, et évoluera avec le temps en fonction des besoins des usagers.

 

2. Définir les besoins des publics empêchés

 

Pour mettre en place des actions spécifiques, autant savoir à quel type de publics empêchés l'on s'adresse : personnes handicapées, individus placés sous main de justice ou personnes en établissements publics de santé. Pour analyser et connaître les besoins, il sera judicieux d'entrer en contact avec les associations spécialisées, les établissements de santé ou les établissements pénitentiaires. Ce qui vous permettra par ailleurs de cibler un public précis, d'ores et déjà concerné par votre action.

 

Les collectivités de tutelle pourront aussi être sollicitées, au cas où des diagnostics territoriaux soient disponibles.

 

3. Formaliser les partenariats

 

Vous avez les idées, vous avez les partenaires pour les mettre en œuvre : très bien, mais mieux vaut formaliser le partenariat qui s'annonce, afin de garantir la pérennité des actions à destination des publics empêchés. 

 

Pour commencer, faites signer une convention partenariale, qui permet d'écrire noir sur blanc les relations entretenues avec les établissements de santé et les établissements pénitentiaires.

 

N'hésitez pas non plus à exposer les objectifs, les moyens mis en œuvre ou nécessaires et les enjeux inhérents à ces actions à destination des publics empêchés dans un projet d'établissement ou un projet culturel, scientifique, éducatif et social. Cela permettra de convaincre plus facilement la hiérarchie et la collectivité, de mettre en avant les besoins financiers ou humains, mais aussi d'évaluer régulièrement, et d'ajuster, si besoin, le projet.

 

4. Communiquer

 

C'est un point crucial, trop souvent négligé : même si vos partenaires le font de leur côté, n'hésitez pas à mettre en avant les actions déployées par la bibliothèque, qu'il s'agisse d'un fonds dédié ou d'animations. Réseaux sociaux, flyers, affiches, journal local, ActuaLitté (; -))... N'hésitez pas à mobiliser tous les canaux de diffusion, et à adapter, bien sûr, votre message et ses conditions de diffusion au public visé, avec des formats accessibles si besoin.

 

Pendant

 

1. Mettre l'accent sur la médiation

 

Une politique d'accueil des publics empêchés ne se résume pas à des documents accessibles : l'organisation d'ateliers, de spectacles et d'animations qui placent l'usager au centre des projets a un impact positif sur la réussite de l'ensemble. Notons d'ailleurs que l'implication dans des actions à destination des publics empêchés à un impact très positif sur la satisfaction personnelle des bibliothécaires. Alors, n'hésitez plus.

 

2. Proposer des actions culturelles variées et innovantes

 

Présentation d’ouvrages aux éducateurs et animateurs intervenant auprès des publics empêchés, création de clubs, par exemple d’audiolecteurs, organisation de jurys littéraires de personnes détenues, mise en place d'ateliers d'écriture... N'hésitez pas à varier les publics et les activités. Inspirez-vous des initiatives existantes (notamment à travers les forums cités plus haut) et personnalisez-les en fonction de vos ressources et des besoins.

 

3. Communiquer

 

Et oui, encore et toujours.

 

Après

 

1. Évaluer les actions

 

Il est nécessaire d'évaluer les actions : au sein de la bibliothèque, pour commencer, puis avec le ou les partenaires engagés dans le projet. Enfin, il ne faut pas hésiter non plus à demander l'avis aux publics visés, les premiers intéressés, pour mieux évaluer leurs besoins la prochaine fois, s'il y a lieu.

 

2. Partager les expériences

 

Vous avez trouvé des conseils bien utiles sur des forums ? Renvoyez l'ascenseur en partageant à votre tour vos ressentis à l'issue des actions en faveur des publics empêchés. Même si le bilan n'est pas tout rose, vos observations seront utiles à la profession, et des collègues pourront sans doute vous aider à rectifier le tir pour faire encore mieux à l'avenir.

 

Pour aller plus loin et retrouver d'autres conseils, la synthèse de l’étude « Lecture publique et publics empêchés », réalisée par le Crédoc, est disponible.