Accusé de viol, l'islamologue Tariq Ramadan est mis en examen

Victor De Sepausy - 03.02.2018

Edition - Justice - Tariq Ramadan viol - mise examen Ramadan - affaire Weinstein Ramadan


En milieu de semaine, l’islamologue Tariq Ramadan était placé en garde à vue : mis en cause dans une double affaire de viol, le théologien a finalement été mis en examen — avec accusation de viols et violences volontaires. Il a été incarcéré ce 2 février en fin de journée. Une procédure qui fait suite à deux plaintes déposées en octobre dernier.


IDEAS - Día 2 - Islam: mitos vs realidades - Tariq Ramadan
cultura argentina, CC BY SA 2.0
 

 

Tout aura été fait par les avocats de Tariq Ramadan pour tenter de discréditer la plainte d’Henda Ayari, première contradictrice, qui l’accusait d'un viol commis en 2012. Ancienne salafiste devenue militante laïque, elle était alors venue chercher une aide religieuse auprès de l’homme. La défense aura tenté de faire valoir des avances faites, depuis Facebook à Ramadan, par une femme qui se présentait sous le nom de Henda Ayari. Ce dernier n’avait cependant pas donné suite.

 

La seconde plainte était déposée par une femme de 40 ans, qui a préféré conserver l’anonymat. Les faits qu’elle dénonce remontent à l’automne 2009. Auditionnées toutes deux par la police, à Rouen et Paris, elles ont reçu le soutien de Caroline Fourest — dont le combat contre Ramadan remonte à plusieurs années maintenant.  

 

Deux plaintes déposées contre Tariq Ramadan pour agression

 

Là encore, les avocats avaient avancé en novembre dernier une plainte déposée contre elle pour subornation de témoin. Cette dernière avait également porté à la connaissance des enquêteurs des documents.

 

Mais au terme de la garde à vue, et en regard des témoignages apportés Tariq Ramadan, qui avait été déféré au parquet de Paris entre jeudi 1er et vendredi 2, a finalement été mis en examen, au motif de viol pour l’affaire de 2012 et viol sur personne vulnérable en 2009. 

 

Confronté aux victimes présumées, l’islamologue n’avait pas démordu de sa défense, reposant essentiellement sur la dénonciation d’une « campagne de calomnies ». Niant les faits, il n’avait qu’à peine reconnu des échanges et un jeu de séduction. Pourtant, un détail — une cicatrice à l’aine — a été pointé par l’une des victimes, comme un élément intime apportant un témoignage difficile à contrer. 

 

Affaire Tariq Ramadan : Joann Sfar ne sait pas
“qui a encore envie de lire Mediapart”

 

« Cette mise en examen est le résultat d’une enquête minutieuse de trois mois effectuée dans le secret et le silence par les policiers du 2e district de la PJ parisienne », assure l’avocat de l’une des plaignantes, Me Eric Morain. Pour autant, la détention provisoire pourrait être limitée à quelques jours. Les avocats de Ramadan ont demandé que cette demande de placement en soit examinée par le Juge des libertés et de la détention.

 



Nouveau retournement, donc, pour l’enseignant : avec l’enquête ouverte, ce dernier avait été congédié de l’université britannique d’Oxford, d’un commun accord a-t-on fait savoir. En effet, des accusations d’agression sexuelle sur des élèves, dans la ville de Genève, perpétrées dans les années 90 avaient ressurgi. Il professait alors sur les études islamiques contemporaines.


Commentaires

Bonjour,



je consulte régulièrement le site d'actualitté, source d'informations extrêment intéressantes, mais c'est la première fois que j'ai du mal à lire un article tant il est mal écrit.

Cordialement

M. Delarouzée
Quel rapport avec l'édition ?

A moins que Fourest...

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.