Acheter des livres, meilleur pour la santé que les cigarettes

Clément Solym - 09.03.2015

Edition - International - livre lecture auteurs - Little Black Classics - Penguin classiques


Fonder l'histoire de sa maison d'édition sur la vente de cigarettes serait aujourd'hui impensable. C'est pourtant sur ce slogan marketing qu'Allen Lane a choisi, en lançant la collection Penguin Classics en 1945. Décidé à faire de l'argent avec des ouvrages d'un fonds patrimonial global, il avait pour projet de vendre des livres au prix d'un paquet de cigarettes. Abordable...

 

 

 

 

Dépenser, quand on est citoyens britanniques, six pennies pour un paquet de cigarettes ou un livre de poche allait marquer un véritable tournant dans l'histoire de l'édition. La création de ce format de livre était une évolution visant à la démocratisation – on notera bien que le prix de vente était alors un argument décisif, avec l'apparition de ce nouveau format. 

 

Allen avait eu l'idée en 1935, alors qu'il présidait la maison britannique Bodley Head. Et suite à un week-end avec Agatha Christie, il trouve une solution pour garder son entreprise à flot, alors que la Grande Dépression fiche le moral à zéro, et le portefeuille des consommateurs au même niveau. L'idée fut alors de proposer des livres de qualité, vendus dans des gares, au même tarif qu'un paquet de clopes. Charmant. 

 

Aujourd'hui, Penguin Classics comporte un paquet de livres bien connus, dont le Manifeste du Parti communiste. Et depuis le 26 février dernier, Penguin republie une collection de 80 titres, comprenant Jane Austen, Edgar Allan Poe, ou encore Friedrich Nietzsche, Léon Tolstoï, ou Socrate, Dante et Emily Brontë. La collection s'appelle Little Black Classics, et vise à renouveler l'ensemble du projet.

 

Au cours de la première semaine, 70.545 exemplaires ont été vendus, estime Nielsen BookScan, qui prévoit déjà 100.000 réimpressions depuis le tirage initial – pourtant d'un million de titres. Le top Quatre actuel est constitué par Marx et son Manifeste, Jane Austen avec The Beautifull Cassandra, et le recueil de Poe, The Tell-Tale Heart. Le tout s'achève avec Nietzsche, Aphorisms on Love and Hate.

 

Pour Allen, la clef de la réussite, pour des ouvrages aussi peu chers, était de tout miser sur le volume de ventes. Penguin a dû écouler 17.000 exemplaires de chaque ouvrage pour parvenir à l'équilibre, à l'époque du lancement. Beaucoup d'espoirs reposaient sur la conception graphique de cette collection, soucieuse d'interpeller le lecteur et d'attirer l'œil. 

 

Et pour s'inscrire dans l'Histoire, les Little Black Classics de Penguin sont vendus à 80 pennies. Contre des prix entre 5 et 8 £ pour un paquet de cigarettes sur le territoire britannique. Autrement dit, non seulement la formule fonctionne toujours aussi bien, mais il est définitivement plus sain de lire que de fumer. Et plus économique...