Acheter un livre québecois le 12 août : l'opération qui a tout changé

Nicolas Gary - 28.08.2018

Edition - International - 12 aout livre québécois - ventes livres québec


Chaque année, au Québec, l’opération Le 12 août j’achète un livre québécois permet de mettre en avant la production du pays. La BTLF, grâce aux données de Gaspad, a pu produire une analyse de l’impact que cette journée a pu avoir. Et ce, en remontant aux cinq dernières années où elle s’est développée. 



© Freyjinn
 

 

Les données ciblent les librairies indépendantes, et les ventes générées le 12 août, précisément. À l’origine de l’opération, deux auteurs, Patrice Cazeault & Amélie Dubé, pour qui le marché du livre souffrait d’un manque de dynamisme. Cette journée devait porter l’accent sur la production spécifiquement québécoise, et inciter les habitants à découvrir les auteurs de la Belle Province. 

 


 

La réalité est simple, entre 2013 et 2014, on constate une hausse de 214 % des achats en librairie. En 2018, les ventes de fiction québécoise sont tout simplement multiplées par quatre. Et tous les segments en profitent. 

 

« Les analyses nous révèlent que c’est principalement la fiction québécoise (roman adulte, roman jeunesse & BD) qui y gagne en cette journée du 12 août. On constate que les éditeurs de fiction étrangers profitent aussi – dans une moindre mesure – du passage de la vague de consommateurs en librairie », indique la BTLF.

 

Les trois livres de littérature qui se sont le plus vendus 

 

Le plongeur de Stéphane Larue ed. Le Quartanier 

Armand Gamache enquête • Volume 13 • Maisons de verre, de Louise Penny, ed. Flammarion Québec

Reine de miel, de Simon Paradis ed. Marchand de feuilles

 

Pour la jeunesse, c’est Une patate à vélo d’Élise Gravel (Courte échelle) qui a fait le plus d’émules, quand en bande dessinée Mammouth rock d’Éveline Payette et Guillaume Perreault (Courte échelle) a fait des ravages. 

 



 

« Le 12 août 2018 fait non seulement bondir les ventes en quantité, aussi fait-il augmenter la variété des titres de fiction achetés : le nombre de titres vendus double par rapport à la moyenne des quatre dimanches précédents. On achète plus de livres en plus grande variété », poursuit la BTLF. 

 

Magie, pop culture ou quotidien :
voix poétiques du Québec

 

Et de conclure : « Force est de constater que les habitudes d’achat ont changé dans le paysage de la librairie indépendante au Québec depuis ce fameux 12 août 2014. À titre d’illustration, avant 2014, pour chaque tranche de 100 $ dépensés en livres québécois (toutes catégories) le 12 août, on avait l’habitude de consacrer 9,00 $ pour la littérature québécoise et plus de 40,00 $ en livres scolaires, alors qu’après 2014, la dépense moyenne pour la littérature québécoise s’est élevée à 35,00 $ pour les cinq éditions du 12 août. »

 

On peut télécharger l’intégralité du document à cette adresse, ou les consulter ci-dessous

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.