Actes Sud rachète les éditions Payot & Rivages

Clément Solym - 03.01.2013

Edition - Economie - Payot et Rivages - Actes Sud - rachat


Exclusif : Le rachat des éditions Payot et Rivages par la maison Actes Sud est désormais acté. La maison fondée en 1978 par Hubert Nyssen, et désormais entre les mains de sa fille Françoise Nyssen, s'est portée acquéreur de l'éditeur indépendant. Des rumeurs persistantes de rachat circulaient depuis plusieurs mois, sans qu'aucune ne soit confirmée avant aujourd'hui.

 


prospectus_petite_bibliotheque_payot_recto

BiblioMab, CC BY-NC-SA 2.0

 

 

La société Payot et Rivages remonte à 1992 avec la fusion des deux entités, la création de la première remontant à 1912 et celle de la seconde à 1984. Si Payot est connue pour sa « Petite Bibliothèque » dans laquelle on trouve nombre d'ouvrages de science humaines et de philosophie, Rivages l'était surtout pour sa collection Rivages/Noir, créée en 1986 par François Guérif. Depuis leur fusion, force est de constater que l'une et l'autre maison ont su partager leurs spécificités : il existe désormais une Petite Bibliothèque Rivages.

 

Quant à Actes Sud, le groupe peut compter sur de nombreuses filiales pour couvrir tous les publics, de la bande dessinée à la jeunesse avec Thierry Magnier. L'année dernière, la maison a d'ailleurs reçu le second Prix Goncourt de son histoire avec le Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari. (voir notre actualitté)

  

Au croisement des savoirs-faire

 

Philippe Lemaire, journaliste au Parisien et spécialiste du monde du polar explique que ces dernières années, les éditions Actes Sud ont amplement augmenté leur catalogue d'ouvrages policiers, notamment avec des textes Scandinaves, « un moyen de pouvoir soutenir des auteurs qui ne sont pas des grands noms pour le public ». 

 

D'un autre côté, le catalogue de Payot & Rivages contient d'illustres auteurs américains, tels James Ellroy, Donald Westlake et bien d'autres. « De véritables pointures dans le domaine du noir, mais en juin dernier, le directeur, François Guérif, avait présenté plusieurs jeunes auteurs, notamment français. Cela donnait le sentiment que la maison cherchait à se relancer, en investissant sur des écrivains d'avenir. »

 

Face à des grands noms, certes, mais vieillissants ou disparus, cette présentation du mois de juin dernier (à découvrir sur Planète Polars), ressemblait à un appel d'air.  « Pour Actes Sud, c'est en tout cas une excellente opportunité pour accroître son catalogue. » En outre, les éditions Actes Sud auraient acquis les droits pour Leviathan Wakes de James S. A. Corey, ce qui constitue le premier volet d'une trilogie dans le style space opera. Dans ce cadre, Actes Sud aurait ainsi toutes les bonnes raisons pour ouvrir une collection dédiée à la science-fiction.

 

Voilà quelque temps déjà, le fils de François Guérif, Benjamin, est entré dans la maison Payot & Rivages, en travaillant plus spécifiquement chez Payot. 

 

Indépendance mutuelle

 

Dans leur communiqué, les deux maisons assurent que l'indépendance éditoriale sera pleinement conservée. En revanche, Jean-François Lamunière, actuel président de Payot & Rivages, quittera son poste pour rejoindre le conseil de surveillance d'Actes Sud. Il y retrouvera Françoise Nyssen, PDG d'Actes Sud, ainsi que Jean-Paul Capitani et Bertrand Py.

 

« Ce rapprochement a pour but essentiel de pérenniser l'indépendance de nos maisons et de se donner les moyens de faire face aux nouveaux enjeux de notre profession », explique le communiqué. Dans les faits, Actes Sud va acquérir 100 % du capital de Payot & Rivages.

 

Avec plus de 10.000 titres au catalogue, Actes Sud compte 600 à 700 nouveaux titres chaque année, pour un chiffre d'affaires en 2011 de 65 millions €. De son côté, P&R compte 25 salariés avec 200 titres publiés chaque année, et a réalisé en 2011 un chiffre d'affaires de 6,5 millions €.

 

En mars dernier, la maison Actes Sud s'était lancée dans la course au rachat de Flammarion, dont le rachat « serait une façon de défendre l'indépendance et la pluralité de l'édition française », expliquait alors Françoise Nyssen. Avec Albin Michel, la maison avait réalisé une offre commune, avant qu'Albin ne décide de faire cavalier seul, puis tous deux s'étaient finalement retirés de la course.

 

Pour approfondir =>

Actes Sud souhaite racheter Flammarion

Dans le métro, la rentrée littéraire d'Actes Sud

Entretien exclusif avec François Nysse : un rachat logique et réfélchi