Actissia vend les librairies Chapitre à ses salariés

Clément Solym - 20.01.2012

Edition - Economie - Chapitre - librairies - vente


Exclusif ActuaLitté : « Najafi avait prévenu qu'il ne ferait aucun investissement dans la société après son rachat. Mais nous n'avions pas prévu que les choses prendraient cette tournure. » Les salariés de la société Actissia, anciennement DirectGoup France, vont avoir une sacrée surprise ce matin...

 

La période des soldes vient donc de commencer, souligne la CGT Chapitre. Après la vente l'an passé à Najafi de Chapitre, France Loisirs et d'autres sociétés du groupe Bertelsmann, le fonds d'investissement américain a commencé l'année par une attaque directe.

 

 

« La proposition est simple : revendre 55 % des magasins aux salariés, sous la forme de franchises, et Actisissia conservera 45 %. Cela permet d'utiliser l'argent des salariés pour continuer à alimenter les résultats de Najafi », précise la CGT à ActuaLitté. 

 

Mais d'autres nouvelles ont également fusé : 

Première décision de Najafi : la vente du siège de France Loisirs ! la CGT se demande combien a rapporté la vente de l'immeuble du siège ? Il est important de noter qu'aujourd'hui France Loisirs devra payer 5 millions d'euros par an pour la location de ses propres murs, boulevard de Grenelle à Paris ! [...] Le but final de Najafi était de se débarrasser des magasins au profit d'internet. C'est d'autant plus vrai, qu'en 2012, Najafi compte investir entre 5 et 10 millions d'euros dans le site internet Chapitre.com. Bien évidemment, aucun investissement n'est prévu pour les magasins d'Actissia !

 

La direction d'Actissia, mise en cause par le syndicat, a donc décidé que la meilleure des solutions pour arriver à remplir les caisses serait de mettre en application « un système de recapitalisation majoritaire du personnel passant par le rachat des magasins chaPitre ».

 

Et le syndicat d'ajouter : « Cette franchise, qui ne dit pas son nom, contraindrait le nouvel acheteur à utiliser Loglibris et toutes les infrastructures chapitre qui ont su montrer leur efficacité comme chacun sait. L'acheteur devrait en effet gérer les ressources humaines, la comptabilité, l'assistance juridique et la maintenance de l'établissement ( en sachant qu'en 2013 les normes européennes de sécurité vont engendrer des travaux très importants de mise en conformité ) ! »

 

La question est donc de savoir si Najafi, qui n'a jamais caché que son plus grand intérêt restait les sites internet, a bien décidé de faire en sorte de pouvoir se débarrasser des boutiques physiques, au moins en partie. 

 

La direction de France Loisirs a été contactée par ActuaLitté, mais n'était pour le moment pas disponible pour répondre., De son côté, le Comité d'Entreprise des magasins chaPitre vient d'être informé et consulté. Il a refusé de donner un avis et a déclenché un droit d'alerte afin de connaitre la réelle situation financière du groupe chaPitre.