Adonis inaugurera la collection Orphée de la Différence

Clément Solym - 08.06.2012

Edition - Les maisons - La Différence - Orphée - Collection


C'est en présence du poète que les éditions La Différence vont présenter le retour de leur collection de poésie, Orphée, à l'occasion d'un lancement organisé à la librairie de Paris, ce mardi 12 juin, à 18h. Interrompue depuis 14 années, la collection de poche en bilingue reprendra donc sous peu du service, dans les librairies.

 

Cette rencontre se fera avec Claude Michel Cluny, Colette Lambrichs et Claude Mineraud, qui présenteront cette renaissance. Susanne Hommel sera également présente pour l'occasion. 

 

La relance de la collection Orphée est un véritable événement pour la maison. Dirigée par Claude Michel Cluny, cette collection de poésie de poche, bilingue quelle que soit la langue étrangère, a marqué les esprits lors de sa création en 1989. En témoignent les articles de presse qui ont salué la sortie des premiers titres. Elle reçoit le prix Diderot Universalis en 1991.

 

 

 

Forcées de l'interrompre en 1998 pour des raisons financières (trop de stock chez l'éditeur et pas assez chez les libraires), les Éditions de la Différence ne se résignent pas à la pilonner, elles la soldent. Orphée continue de vivre sa vie sur le second marché. Aujourd'hui, les Éditions de la Différence ont racheté le stock restant, rééditent les titres épuisés et poursuivent l'aventure. 


Les volumes anciens et nouveaux seront proposés à 5 € pour les volumes simples et à 7 € pour les volumes doubles. Une nouvelle tête d'Orphée dessinée par Milos Sobaïc figurera sur les couvertures après celles d'Arman et de Júlio Pomar.

 

Adonis est évidemment publié à La Différence. Son ouvrage, Chronique des branches, a été réédité en 2005. 

 

Adonis s'est partagé entre la Syrie, son pays d'origine, le Liban et la France. Avant tout poète, mais aussi animateur de revues, essayiste, anthologiste, enseignant, il a construit depuis plus de trois décennies une œuvre lyrique méditative, puisant à toutes les sources, qui tentent l'osmose entre tradition et modernité, entre Orient et Occident, par d'incessantes variations sur les formes et une interrogation parée du chatoiement des sens et de l'esprit. Dans Chronique des branches, la concision atteste l'originalité d'une quête de l'insaisissable.