Aéroport de Francfort : une grève sauvage dans les points Relay

Clément Solym - 25.12.2013

Edition - Economie


Sur le tarmac de l'aéroport de Francfort, un vent léger souffle, mais un mouvement social fort frappe - probablement à cause du fort taux d'humidité et de précipitations. De loin le plus grand aéroport de tout le pays, c'est également le port d'attache de la Lufthansa, compagnie aérienne et l'un des plus grands employeurs de l'Allemagne. Or, depuis mi-septembre, l'endroit est agité par des perspectives de développement contestées.

 

 

Frankfurt Airport

Aéroport de Francfort

Daniel Petzold Photography, CC BY SA 2.0

 

 

Ce lundi 23 décembre, le syndicat Verdi, que l'on connaît pour ses revendications portées contre le géant Amazon dans les différents entrepôts du pays, a de nouveau fait parler de lui. Depuis l'an passé, l'aéroport de Francfort a lourdement investi dans ses services de vente, et notamment les boutiques duty-free. On y trouve par exemple la première boutique Dolce & Gabana, installée dans un aéroport. Y compris un espace de la société Lgardère Service Travel Retail, qui s'était implantée avec quatre nouveaux magasins Relay, proposant presse, livres. 

 

Ce sont ces points de vente qui ont décidé d'une grève en début de semaine, alors que les déplacements allaient être nombreux, à l'approche des fêtes. Le syndicat Verdi réclame en effet, un peu comme chez Amazon, que l'on renégocie les contrats et la convention collective, pour obtenir un accord de branche. Selon le président du Comité d'entreprise, cité par Les Echos, Christian Mohr, ce serait là une manifestation de ras-le-bol. 

 

« L'entreprise fixe les salaires à la tête du client. Nous exigeons un accord collectif qui fixe des minima de rémunérations et encadre mieux les conditions de travail. [...] Les propositions actuelles de l'entreprise reviennent à un jeu à somme nulle. Notre grève est un avertissement lancé à la direction », assure-t-il. 

 

Selon le syndicat Verdi, une hausse des salaires de 5,1 % était prévue sur 2013 et 2014, conformément à l'accord de branche de la convention collective. Mais chez Lagardère Service, , il faudrait plutôt s'attendre à un gel des salaires - et de surcroît, les jeunes contrats seraient engagés à des montants inférieurs aux minima de la convention collective.  

 

En début de mois, les magasins Relay de l'aéroport avaient annoncé une nouvelle formule pour attirer les clients couplant presse et livre à la vente de cafés et autres boissons à emporter. Des concepts qui se complètent, assurait la direction, pour offrir une ambiance confortable aux voyageurs.