Affaire DKS : l'avocat de Banon veut faire entendre Piroska Nagy

Clément Solym - 28.08.2011

Edition - Justice - dsk - plainte - agression


« Être écoeurée...Tenir...Ne rien lâcher...Ne pas pleurer...Vous dire merci. » Sur son profil Facebook, Tristane Banon ne cache pas sa douleur de voir les poursuites contre DSK écartées.

L’ancienne directrice de collection du Cherche-Midi, avait affirmé avoir été écartée de son poste suite aux pressions de l’ancien directeur du FMI. Des accusations vivement rejetées par Philippe Heraclès, patron de la boutique. (voir notre actualitté

Or, dans le Parisien d’aujourd’hui, l’avocat de la romancière, Me David Koubi, assure ne pas baisser les bras.

Si les accusations d’agression sexuelle contre DSK ont été abandonnées aux États-Unis, il compte bien faire entendre une ancienne maîtresse de DSK, dont les déclarations avaient créé la polémique - et une enquête diligentée au sein du FMI.

Selon Mme Piroska Nagy, il fallait redouter qu’il y « ait un problème pouvant le rendre peu adapté à la direction d'une institution où des femmes travaillent sous ses ordres ». Et dans un courrier envoyé au parquet de Paris, Me Kouby affirme disposer d’un témoignage essentiel.

Mme Nagy et DSK avaient en effet eu une liaision durant la présidence du second, qui avait provoqué de forts remous au sein de l'institution. 

Et de conclure : « A la lumière de ces propos, il apparaît absolument nécessaire à la manifestation de la vérité dans le cadre de l'enquête en cours, que Mme Piroska Nagy soit entendue afin d'être éclairé sur les habitudes de M. Dominique Strauss-Kahn en la matière. »

L’affaire est donc loin d’être FiMI...