medias

Affaire Gui Minhai : jusqu'à 10 ans de prison pour l'ex-ambassadrice de Suède

Antoine Oury - 09.12.2019

Edition - Justice - Affaire Gui Minhai - chine libraire prison - Anna Lindstedt


L'affaire Gui Minhai se poursuit, sans pour autant que le principal intéressé, malheureusement, ne retrouve sa liberté : en début d'année 2019, l'ex-ambassadrice de Suède, alors en poste à Pékin, avait tenté d'organiser la libération du libraire détenu en Chine, sans en informer sa hiérarchie. Une pratique illégale, qui pourrait lui valoir jusqu'à 10 ans de prison.




Depuis l'arrestation du libraire et éditeur Gui Minhai en 2015 par les autorités chinoises, toutes les tentatives pour obtenir sa libération ont échoué. Détenu dans des conditions inconnues, tributaire d'une santé fragile, le citoyen suédois aurait été arrêté pour la diffusion d'ouvrages non autorisés par le gouvernement sur le territoire chinois. Libéré sous surveillance début 2018, il avait presque immédiatement été à nouveau capturé par les autorités chinoises.

Début 2019, la fille de Gui Minhai, Angela Gui, avait dénoncé des agissements de l'ambassadrice suédoise de Pékin, Anna Lindstedt. D'après elle, cette dernière aurait organisé une rencontre à Stockholm avec deux hommes d'affaires chinois : les discussions auraient rapidement tourné au chantage, d'après Angela Gui. « [I]l y aurait une possibilité que mon père soit libéré, mais il était nécessaire qu'il passe d'abord devant un tribunal », d'après elle.

La rencontre et les négociations n'avaient qu'un seul but, selon Angela Gui : « On cherche à éviter une exposition médiatique lorsque l'on inflige de très lourdes sentences après un procès. Cela ne doit pas être le cas pour mon père, aussi, je ne me tairai pas. »

Le ministère des Affaires étrangères avait pris l'affaire très au sérieux, dans un contexte évidemment tendu avec la Chine : Anna Lindstedt avait immédiatement été rappelée, et démise de ses fonctions à Pékin. Depuis, elle est restée fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, sans affectation toutefois.
 
Hans Ihrman, procureur en charge du dossier de Lindstedt, a indiqué que cette dernière était accusée de « négociations arbitraires avec une puissance étrangère », mais aussi d'avoir « outrepassé ses prérogatives », rapporte l'AFP. Elle risque jusqu'à 10 ans de prison.

Récemment, le PEN suédois — organisme défendant la liberté d'expression dans le monde entier — a décerné un prix Tucholsky à Gui Minhai, pour saluer son engagement et dénoncer sa détention, créant un nouvel incident diplomatique avec la Chine.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.