Affaire Gui Minhai : l'ambassadrice de Suède relaxée

Clément Solym - 10.07.2020

Edition - International - Suède Chine procès - ambassadrice Suède Chine - Gui Minhai justice


Acquittée. Pour Anna Lindstedt, le procès qui s’ouvrait en Suède sentait le soufre. Au cœur de la procédure, Stockholm reprochait à son ancienne ambassadrice d’avoir tenté une négociation directe avec le gouvernement chinois. Et ce, en dehors des sentiers diplomatiques autorisés. 


 

L’ombre de l’éditeur Gui Minhai, dont la Chine a manifestement décidé de faire un martyr, planait dans le tribunal de Stockholm. Anna Lindstedt risquait en effet 10 années de prison pour avoir négocié la libération du suédo-chinois, alors incarcéré sans autre forme de procès par Pékin. Elle avait agi sans avertir sa hiérarchie, et essuyant un vilain échec, la justice suédoise l’avait dans le viseur.

Accusation inédite, pour une diplomate, autant que pour la Suède : jamais dans l’histoire du pays une ambassadrice (a fortiori une ex-) n’avait été ainsi mise en cause. 

Cependant, assure l’AFP, la cour de justice « a constaté que les conditions objectives requises pour le délit d’abus de négociations avec une puissance étrangère n’étaient en aucun cas remplies. Anna Lindstedt est donc relaxée ». 

La diplomate devait en effet répondre des trois critères découlant de l’accusation : qu’elle ait affirmé représenter la Suède illégitimement, qu’elle ait mené des négociations sans autorisation, qu’elle les ait initiées avec des représentants chinois officiels.

Or, dans les trois cas, la justice a considéré que rien ne tenait la route : non seulement elle était bien ambassadrice au moment des faits — une rencontre à l’hôtel Sheraton de Stockholm en 2019. Mais surtout, ses interlocuteurs n’avaient aucun pouvoir de la Chine pour négocier quoi que ce soit.

Enfin, a estimé le tribunal, sur le deuxième point, difficile de parler de négociations d’une manière ou d’une autre. 

« Au cours de mes 30 années en tant que diplomate, j’ai été indéfectiblement fidèle à la Suède et aux valeurs suédoises, y compris dans ce cas. C’est irréel, pour ne pas dire kafkaïen, d’être poursuivie pour des crimes contre la sécurité du royaume », assure-t-elle, au sortir du tribunal.

Pour le reste Gui Minhai est toujours retenu en Chine, accusé d’avoir publié des ouvrages qui nuisent aux intérêts du gouvernement, et qui seraient de toute manière interdits. Il a été condamné à 10 années de prison, pour avoir « illégalement diffusé à l’étranger des informations classées », affirmait la Chine.


Une condamnation que son entourage dénonce, réclamant une libération de l’éditeur. 

Anna Lindstedt, de son côté, avait été évincée de l’ambassade, où elle avait pris ses fonctions en 2016.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.