Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Affaire Penelope Fillon : entre auditions, perquisitions et dérision

Nicolas Gary - 31.01.2017

Edition - Justice - emplois fictifs auditions - La Revue des Deux Mondes - Penelope Fillon conseillère littéraire


La situation des époux Fillon est délicate : une semaine après la bombe du Canard enchaîné, le candidat de Les Républicains a été entendu par la justice. Les emplois de Penelope, soupçonnés d’être fictifs – à l’Assemblée nationale et à la Revue des Deux mondes – intriguent beaucoup.

 

01810045w

IAEA Imagebank, CC BY SA 2.0

 

 

Près de 100.000 € d’émoluments pour deux notes de lectures contenant une jolie coquille, voilà qui faisait de Penelope Fillon la conseillère littéraire la plus bankable de toute l’édition. Et juste assez pour que les enquêteurs décident d’opérer ce 26 janvier une perquisition dans les locaux de la publication.

 

Qu’allait-on chercher ? Des preuves de la culpabilité ou des éléments à même d’innocenter Penelope Fillon, qui avait perçu 5000 € brut par mois entre mai 2012 et décembre 2013. Le lendemain, Michel Crépu, alors directeur de la parution au moment des faits, était lui-même tendu par enquêteurs de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales à Nanterre.

 

Lorsque le Canard enchaîné a sorti l’affaire, il assurait n’avoir « jamais, jamais rencontré Pénélope Fillon, je ne l’ai jamais croisée, je n’ai jamais été amené à entrer en contact avec elle. Et là j’apprends à la faveur de cette enquête du Canard qu’elle a avait été nommée ou embauchée – je ne sais pas quel terme employer – comme conseillère littéraire de la Revue des deux mondes, pour 5000 € par mois. Ce qui doit être possible, dans la mesure où il y a un travail qui correspond à cette rémunération ».

 

Les auditions se multiplient

 

Depuis, l’intéressé travaille à la NRF, aux éditions Gallimard, et c’est Valérie Toranian qui a pris la direction de la Revue. Laquelle compterait moins de 5000 abonnés. Pas vraiment un empire de presse pour le propriétaire, à travers sa holding Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière.

 

Également entendu par la justice dans le cadre de l’enquête, il n’a pas effectué de déclarations officielles.

 

Jusqu’à présent, seuls les époux Fillon ont commenté publiquement l’histoire, assurant dans un communiqué avoir « apporté des éléments utiles à la manifestation de la vérité afin d’établir le travail réalisé par Mme Fillon ». Lesquels ? Mystère. En près de six heures d’audition, nul doute qu’il se sera dit d’intéressantes choses.

 

À ce jour, le Parquet national financier n’a toujours pas communiqué, mais pourrait bien choisir de « renvoyer l’affaire directement devant le tribunal correctionnel », assure l’AFP, évoquant une source proche du dossier. En cas de charges retenues par les policiers, concernant l’un ou l’autre des emplois, une information judiciaire pourrait être ouverte.

 

L’absence cruelle de soutiens politiques pour le candidat n’en est pas moins remarquée.

 

Selon les informations de France Inter, une perquisition est en cours à l'Assemblée nationale, dans le cadre de l'enquête.

 

Et pendant ce temps, sur Internet...

 

Entre temps, une pétition lancée par Christophe Grébert, blogueur et journaliste, fait son train sur la toile. Elle réclame : « Mme Fillon, rendez-nous ces 500.000 euros. » Au moment où nous publions, plus de 266.000 signatures ont été obtenues, sur les 300.000 attendues.

 

« Au total, 500.000 € d’argent public ont été versés pour cet emploi. Un montant qui vous semblera sans doute très exagéré, puisque dans différentes interviews vous affirmez n’avoir “jamais été impliquée dans la vie politique” de votre mari », peut-on lire.

 

Et comme sur internet, mobilisation rime souvent avec tourner en dérision, un jeu lancé récemment, suscite l’intérêt des utilisateurs de Facebook. Il s’agit de réaliser des fiches de lecture, les plus brèves possible, en signant... Penelope Fillon.

 

 

Les propositions ne manquent pas d’humour. Par exemple, on trouve :

 

À la recherche du temps perdu : un jeune insomniaque aime beaucoup sa maman. Des longueurs

 

ou encore

 

La comédie humaine : beaucoup de personnages, des descriptions qu’il est possible de zapper quand on a l’emploi du temps d’une attachée parlementaire débordée....

 

Pas certain que cela mérite 5000 €, même brut.