Affaire Relais & Châteaux : garde à vue pour Dominique de Villepin

Clément Solym - 11.09.2012

Edition - Justice - Dominique De Villepin - Régis Bulot - Surfacturations


L'ancien premier ministre de Jacques Chirac, a été placé en garde à vue ce matin, dans le cadre de l'affaire Relais & Châteaux, dont Régis Bulot fut le président pendant 18 ans. Ce dernier avait été écroué par Jean-Baptiste Poli, le doyen des juges d'instruction de Strasbourg, pour surfacturations dans la réalisation du guide de la chaîne des Relais & Châteaux, en novembre 2011. Au tour de l'ex-ministre de Villepin d'être entendu (pour commencer).

 

 

Congrès République Solidaire

Mayanais CC BY 2.0

 

 

C'est en 2008 que le système de fausses factures avait été détecté par l'administration fiscale allemande. Il se pourrait que Dominique de Villepin rejoigne son fidèle ami, suite aux dernières retranscriptions d'écoutes téléphoniques entre les deux hommes, révélées par le journal Le Monde, le 7 septembre dernier. L'audition de l'ex-ministre est « prévue » et « en cours » comme l'explique une source proche de l'enquête, d'après l'Afp. Dominique de Villepin avait cherché à dissuader l'association Relais & Château d'ébruiter l'enquête judiciaire dans laquelle son nom est cité.

 

Régis Bulot proche de l'ex-premier ministre, avait été mis en examen le 18 novembre à Strasbourg, pour abus de confiance, escroquerie en bande organisée et blanchiment. Il a été soupçonné d'avoir détourné entre 2002 et 2008 un montant de 1,6 million d'euros et d'avoir payé quelques vacances à Dominique de Villepin, voire même d'avoir financé sa campagne.

 

Intimider Tàpies pour l'empêcher de nettoyer les comptes

 

« Je leur ai fait une trouille [...] ils m'on refait l'histoire de ta maison [...] Je leur ai fait comprendre, que s'il y avait un intérêt commun, c'est que rien de ce qu'ils m'ont dit ne sorte jamais [...] si un jour on s'intéresse à savoir quel est l'homme politique qui a couché avec qui, dans quelle chambre et à quel endroit, vous êtes mort [...] Ils ont reçu le message 5 sur 56 ».


En effet, Bulot s'était plaint auprès de Villepin : « Il déblatère sur moi, il dit que j'ai acheté ton amitié, que je t'ai offert des vacances en Martinique ». L'ex-ministre avait donc pris l'affaire en main, « Bon je m'en occupe ». Voilà comment l'inculpé s'est retrouvé à la table de Michel Rostang qui possède deux étoiles au guide, devant le président JaumeTàpies et son secrétaire général Philippe Gombert.

 

Mais selon République Solidaire, le parti fondé par l'ex-ministre, il n'aurait rien à voir avec l'affaire Relais & Châteaux et en aucun cas il n'aurait tenté d'influer sur le dossier judiciaire de Régis Bulot. Et celui-ci de donner le même son de cloche : son ami n'a pas bénéficié de détournements, que ce soit sous la forme de versements liquides ou de séjours gratuits. C'est pourtant l'ancien président de l'association qui avait déclaré juste avant sa mise en détention provisoire de 7 mois : « Je me sens soutenu par quelqu'un de fort ».

 

Par ailleurs, lors d'une conversation téléphonique avec Marie-Laure, l'épouse de Villepin, il se victimisait « Ils veulent essayer de me démolir et de me salir avec cette histoire. Vous connaissez ça par coeur », expliquait-il. Ce à quoi elle aurait répondu « On connaît la chanson ». En effet, son mari était encore empêtré dans l'affaire Clearstream.

 

Un papier surfacturé à 990 € au lieu de 777 €

 

Bulot avait tout avoué le 18 novembre dernier, après une nuit seulement de garde à vue : « Je reconnais être à l'origine des rétrocommissions ». Dominique De Villepin en fera-t-il de même en fin de journée ? Un système de détournement qui fonctionnait comme sur des roulettes, sur le dos des guides touristiques. Le papier était acheté 960, au lieu de 777 € et Bulot empochait en liquide, une grande partie de ces surfacturations. Le reste allant aux complices, une grande chaîne reliant papetiers, imprimeurs, intermédiaires... Et politiciens auxiliaires. L'ex-président de Relais & Chateaux aurait touché une partie de ces surfacturations jusqu'en 2005, alors qu'il était à la retraite. Un bulletin qui s'élève à 1,6 million d'euros. 

 

Les guides Relais & Chateaux

dans notre librairie

Sur Twitter, l'un des adhérents historiques de l'auberge des Templiers en Sologne ricane « C'est vrai que Villepin a sûrement payé toutes ses factures, mais le problème c'est que l'on ne les lui présentait jamais ». Pour l'instant seul l'avocat de Bulot a réagi, il s'agit de Maître Michael Fontelli, autre ami de l'ex-ministre : « Pour ce qui est des relations entre les deux hommes, je peux vous assurer que ni l'un ni l'autre n'ont rien à se reprocher » d'après les propos recueillis par Baptiste Legrand, pour le Nouvel Observateur.

 

Il faudra patienter encore un peu pour savoir si sa campagne a été financée par le guide. Jusqu'à présent et en toute légalité, les éditeurs s'étaient seulement chargés de prendre l'habit de conseillers stratégiques durant sa campagne (voir notre actualité).