Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Afrique : les imprimantes, avenir de la distribution de livres

Clément Solym - 25.07.2012

Edition - International - Afrique - imprimantes - lecture


C'est dans l'air du temps, et plus encore. L'édition numérique vit des moments de grâce alors qu'elle renverse nombre d'obstacles qui s'interposaient dans la diffusion des oeuvres, et rendait difficiles les accès à la lecture. Censure, problématiques de traduction, mais également diffusion des ouvrages pourraient désormais trouver une solution simple. Avec encore quelques contraintes, évidemment. 

 

 

 

 

Pour Arthur Atwell, de Paperight, le projet numérique est un outil essentiel, parce que tourné vers l'avenir de la diffusion des oeuvres. Mais la nécessité d'une connexion, d'un appareil de lecture, et donc d'électricité, bloque encore la distribution auprès public souvent équipé d'un seul téléphone portable, et pas nécessairement du dernier cri.

 

Sur une très grande partie du territoire africain, les livres sont tout à la fois chèrement vendus et difficiles à trouver. Or, explique-t-il dans un communiqué, presque toutes les petites villes disposent d'un service de photocopie. De quoi inciter sa société à travailler sur ce point, et combler le fossé entre les lecteurs et les oeuvres, en s'appuyant sur ces espaces de reproduction. 

 

Le tout en protégeant le droit d'auteur, sans trahir les éditeurs, et en rendant les livres financièrement plus accessibles. « Paperight est essentiellement une maison qui propose des solutions pour les droits », explique le fondateur dans un communiqué de presse. « Nous négocions les droits d'impression avec les ayants droit et offrons un outil de paiement qui permet à n'importe quel magasin de photocopie, à des ONG, des écoles ou une bibliothèque disposant d'une imprimante ou d'un outil semblable de distribuer des copies légales des livres. »

 

En somme, de l'impression à la demande, ou presque, sans les machines lourdes et coûteuses qui sont employées pour sortir des livres reliés, tout chauds. 

 

En partenariat avec Realmdigital, la société Paperight a fini par développer une plateforme à très grande échelle, pour arriver, voeux pieux, à proposer des titres qui soient 20 à 30 % moins chers, que leurs versions traditionnelles. « Les éditeurs peuvent choisir leurs propres redevances et Realmdigital a produit une plateforme qui rend plus facile l'impression, en incluant les frais de Paperight, dans le coût final d'impression d'un livre pour le client. »

 

Mieux : un service de location/vente d'imprimantes a été mis en place pour simplifier l'accès à des machines d'impression. Les clients peuvent plus facilement télécharger et proposer des ouvrages à leurs clients, à la demande. Le contenu est converti au format PDF avant d'être imprimé, et le compte prépayé de l'imprimante, achetée par le biais de Paperight, est alors débité automatiquement des sommes idoines. 

 

D'ailleurs, afin de décourager toute tentative de piratage, chaque livre est tatoué du nom de l'acheteur avec celui de l'atelier d'impression, et le tout depuis une URL unique. Attwell explique avoir travaillé dans le domaine numérique durant cinq ans avant de se lancer dans ce projet, dont il le pense clairement comme une solution d'avenir. « Mais j'en ai conclu que nous avons besoin d'une solution qui fonctionne pour tout le monde aujourd'hui. »

 

La démonstration, en vidéo.